Procès en Argentine : le récit insoutenable du meurtre des deux Françaises

Procès en Argentine : le récit insoutenable du meurtre des deux Françaises

International
DirectLCI
JUSTICE - Au deuxième jour du procès des trois Argentins accusé du meurtre de deux Française en 2011, les familles des victimes a dû écouter le récit insoutenable des sévices subies par les jeunes femmes.

L'émotion et l'effroi ont régné mercredi dans le tribunal de Salta, en Argentine. Au deuxième jour du procès de trois hommes poursuivis pour le meurtre de Cassandre Bouvier et Houria Moumni en juillet 2011, aucun détail des sévices subies par les deux Françaises de 29 et 24 ans n'a été épargné aux familles.

Les trois accusés nient les meurtres

Plusieurs témoins ont défilé à la barre. Et c'est l'homme à l'origine de la découverte des cadavres dans le parc privé de la Quebrada de San Lorenzo, deux semaines après la disparition des jeunes femmes, qui a ouvert ce triste bal. Les corps violentés des jeunes femmes, venues en Argentine pour participer à un congrès de sociologie, portaient des impacts de balles et étaient dévêtus. Elles ont en effet été agressées sexuellement et battues avant d'être abattue avec une carabine.

Un seul des trois co-accusés s'est exprimé mercredi, niant toute responsabilité dans l'affaire et appelant Gustavo Lasi, 27 ans, autre mis en cause, à prendre ses responsabilités. Ce guide occasionnel dans le parc où travaillait son père - propriétaire de l'arme du crime - a reconnu les viols, mais il nie avoir tué Cassandre et Houria. Le tribunal devra démêler le vrai du faux alors que l'enquête de la police argentine a été critiquée pour ses zones d'ombre. En détention préventive depuis deux ans et demi, les trois hommes risquent une peine de prison à perpétuité. Le verdict est attendu pour le 16 mai.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter