Proche-Orient : roquettes contre raids, la tension reste vive, deux Palestiniens tués samedi

CONFLIT - Après la décision de Donald Trump, mercredi, de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, des combats opposent Palestiniens et soldats israéliens. En 3 jours, quatre Palestiniens sont morts et des dizaines ont été blessés, alors que des manifestations ont lieu dans le monde entier, dont une à Paris ce samedi.

Deux Palestiniens sont morts samedi dans des raids aériens israéliens sur la bande de Gaza, lancés en riposte à des tirs de roquettes, trois jours après la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Ce raid israélien visait une cible du Hamas, le mouvement armé qui contrôle la bande de Gaza. Les tirs de roquettes lancées depuis l'enclave palestinienne n'ont quant à elle pas fait de victimes côté israélien.


Alors que des Palestiniens sont descendus dans la rue à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et à Gaza, l'armée israélienne a aussi évoqué des "émeutes violentes dans une vingtaine de localités". Selon le Croissant-Rouge, 171 Palestiniens ont été blessés samedi en Cisjordanie occupée et 60 dans la bande de Gaza, soit par des tirs, par l'inhalation de gaz lacrymogène ou dans des affrontements avec les forces de sécurité.

Les protestataires ont lancé des pierres sur les soldats qui ont riposté en tirant des balles en caoutchouc ou réelles et des gaz lacrymogènes, selon l'armée. À Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, la police a dispersé des manifestants avec des grenades assourdissantes. En Israël, un bus a été caillassé lorsqu'il est passé près d'une localité arabe israélienne dans le nord du pays.


Ce samedi également, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans les pays arabes et ailleurs dans le monde. À Paris, plusieurs centaines de personnes ont ainsi défilé sur la place de la République contre la décision de Donald Trump et contre la venue prévue de Benyamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, dimanche. Des centaines de personnes se sont également rassemblées à Marseille et à Lyon.

Vendredi, deux autres Palestiniens avaient déjà été tués dans des affrontements avec les soldats israéliens et des raids aériens avaient fait une quinzaine de blessés dans l'enclave palestinienne. Au total, depuis l'annonce de Donald Trump, quatre Palestiniens sont morts et des dizaines ont été blessés.


Le Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, a enjoint les Palestiniens à "poursuivre la confrontation et à l'élargir à tous les points où l'armée israélienne est présente" dans une déclaration publiée samedi soir. Il a également décidé de ne pas recevoir le vice-président américain Mike Pence lors d'une visite prévue mi-décembre en Israël et en Cisjordanie. 

En vidéo

VIDÉO - Le statut de Jérusalem, une question centrale au sein du conflit israélo-palestinien

Depuis la création d'Israël en 1948, la communauté internationale n'a jamais reconnu Jérusalem, avec ses lieux saints juifs, chrétiens et musulmans, comme capitale. Elle considère que son "statut final" doit être négocié entre Israéliens et Palestiniens. Après l'annexion de Jérusalem-Est en1967, Israël a proclamé toute la ville comme sa capitale "éternelle et indivisible". L'ONU n'a jamais reconnu cette annexion alors que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter