Projet de "passeport vert" : seuls les vaccins approuvés par l'Agence européenne du médicament seront pris en compte

Projet de "passeport vert" : seuls les vaccins approuvés par l'Agence européenne du médicament seront pris en compte

FRONTIÈRES - Le projet de "passeport vert" numérique, qui doit être présenté par Bruxelles mercredi, prendra en compte les seuls vaccins contre le Covid-19 approuvés par le régulateur européen, a déclaré vendredi une responsable européenne, ce qui exclut pour l'instant ceux de la Russie et de la Chine.

Alors que les campagnes de vaccination ont démarré dans l'ensemble des pays membres de l'Union européenne, la question d'un "passeport vaccinal" permettant aux citoyens européens de circuler sur le territoire de l'UE se précise. Un projet de "passeport vert" numérique doit ainsi être présenté par Bruxelles mercredi. Seul impératif : il ne prendra en compte que les vaccins contre le Covid-19 approuvés par le régulateur européen. "Nous voulons créer un certificat numérique qui puisse faire état d'un test PCR négatif, de la preuve que vous avez des anticorps ou que vous avez été vacciné avec un vaccin qui a été approuvé par l'Agence européenne des médicaments", a déclaré la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, à plusieurs médias dont l'AFP.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Cela permettrait aux gens qui ont besoin de voyager de le faire plus facilement.- Ylva Johansson, commissaire européenne aux affaires intérieures

Actuellement, seuls quatre vaccins ont été approuvés par l'EMA : ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Oxford, et Johnson & Johnson depuis jeudi. Ce qui exclut le vaccin chinois Sinopharm utilisé en Hongrie, notamment par le Premier ministre Viktor Orban. Mais aussi pour l'instant le vaccin russe Spoutnik V, également commandé par la Hongrie, ainsi que par la République tchèque et la Slovaquie, et pour lequel l'EMA a commencé son examen le 4 mars. 

Lire aussi

Les citoyens européens pourraient avoir ce certificat sur leur téléphone, a poursuivi la commissaire suédoise. Les titulaires pourront ainsi "montrer qu'ils ne vont très probablement pas propager le virus", a-t-elle dit. Cela "permettrait aux gens qui ont besoin de voyager de le faire plus facilement". "Par exemple, si vous êtes vacciné, vous n'aurez pas à faire les tests PCR", a précisé la commissaire, qui devait informer les ministres européens de l'Intérieur réunis par visioconférence vendredi des travaux de la Commission sur ce projet de certificat.

"Les gens qui voyagent actuellement dépensent beaucoup d'énergie à se faire tester, à remplir des formulaires, montrer différents types de papiers, encore et encore", a reconnu Ylva Johansson.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter