Propagande de l'Etat islamique : et maintenant, la Chine

Propagande de l'Etat islamique : et maintenant, la Chine

DirectLCI
DAECH - Le groupe Etat islamique a mis en ligne un chant en mandarin pour inciter des Chinois à rejoindre ses rangs. Une première qui ne doit rien au hasard. Explications.

Le groupe Etat islamique cherche à s’exporter. Pour la première fois, l’organisation a diffusé sur son site Internet une version de son hymne "Je suis un moudjahid"... en mandarin. Avec un objectif : séduire de nouvelles recrues en Chine, un pays sous-représenté dans les rangs de Daech et où l’idéologie macabre du groupe pourrait faire des émules auprès de certaines minorités ethniques.

Diffusée dimanche par le Al-Hayat Media Center, l’organisme qui gère la propagande de Daech, le chant appelle les musulmans à prendre les armes. “Nous sommes les guerriers saints, notre ennemi sera terrifié, aucune force ne peut entraver notre avancée !", répète une voix masculine durant plusieurs minutes. Un nashneeds, ce chant lancinant régulièrement émis par les terroristes, avec un message clair : "Nous sommes Moudjahid, nos ennemis honteux panique face à nous".

A LIRE AUSSI >> Chine : vers la piste de l'attentat ouïghour place Tian'anmen

Une "minorité" de 10 millions de personnes

Cette incursion médiatique dans l’empire du Milieu ne doit rien au hasard. Surtout que le groupe Etat islamique s’était déjà penché sur le sort des Ouïghours, cette minorité musulmane en quête d’indépendance dans le Xinjiang. Une vidéo avait ainsi été postée durant l’été, dans laquelle un combattant visiblement originaire de la région expliquait les raisons de son départ pour la Syrie. Cette fois-ci, Daech pourrait cibler d’autres populations, notamment les Hui, une communauté musulmane très ancienne installée par exemple au Henan et au Hebei (centre-nord). Une "minorité" qui représente, au total, 10 millions de personnes.

Autant de candidats potentiels, donc, pour partir faire le djihad à l’heure où les candidats ne se sont jamais autant bousculés pour rejoindre le front entre la Syrie et l’Irak. Selon les dernières estimations, ils seraient environ 27.000 combattants. Un chiffre qui a plus que doublé en un an et demi, selon un institut spécialisé dans le renseignement, The Soufan Group. Parmi eux, 1.700 il y aurait 1.700 français. A titre de comparaison, ils seraient "seulement" 300 Chinois à avoir franchi le pas.

A LIRE AUSSI >> Chine : les commerçants du Xinjiang obligés de vendre de l'alcool pour "affaiblir l’islam"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter