Prouesse médicale à Angers : des médecins sauvent un foetus dont les jambes sortaient de l'utérus de sa mère

International

EXPLOIT - Un obstétricien du centre hospitalier d’Angers a pu sauver un bébé et sa maman après avoir repéré à temps une anomalie rarissime. Les faits se sont déroulés il y a un an mais ils viennent tout juste d'être relatés dans une revue médicale américaine.

C'est une prouesse médicale tout à fait singulière qui s'est déroulée il y a un an au CHU d'Angers. Une équipe médicale a réussi à maintenir en vie un foetus dont les jambes avaient transpercé la paroi de l'utérus de sa mère. L'anomalie est rarissime, puisque seuls 27 cas (en comptant celui-là) ont été répertoriés dans l’histoire de la médecine. 

Cet événement a été salué le 21 décembre dans la revue médicale américaine The New England Journal of Medecine, puis repris par le Washington Post. Le journal américain a d'ailleurs posté le 25 décembre sur Twitter une image de l'échographie réalisée à 5 mois et demi de grossesse, montrant la paroi de l’utérus de la mère laissant passer les pieds de l’enfant. 

À la naissance, le bébé ne pesait que 1,385 kg

"J'ai été étonné quand j'ai découvert l'anomalie", a expliqué le médecin Pierre-Emmanuel Bouet au Washington Post. D'après lui, la déchirure de la paroi utérine a pu être favorisée par les cinq césariennes subies auparavant par la patiente. "Les tissus, rendus rigides par la cicatrisation, n’ont pas pu s’étirer pour s’adapter à la croissance du bébé" a-t-il rapporté.

Les parents ont fait le choix de poursuivre la grosesse. Avant de décider, avec l'équipe médicale, de provoquer la naissance, à 30 semaines de grossesse. Né en décembre 2015, le bébé ne pesait alors que 1,385 kg. "Il était prématuré, mais en bonne santé", s'est réjoui le docteur Pierre-Emmanuel Bouet dans le Washington Post. Un an après, l'enfant se porte toujours aussi bien.

Lire et commenter