Pyongyang envisage de suspendre ses discussions sur le nucléaire avec Washington... qui a "bon espoir" de les poursuivre

International

AVERTISSEMENT - Les Etats-Unis ont "bon espoir" de pouvoir "continuer à discuter" avec la Corée du Nord malgré la menace nord-coréenne de suspendre les négociations sur la dénucléarisation après l'échec du deuxième sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump à Hanoï fin février.

L'avertissement intervient alors que des signes d'activité ont été détectés sur un site nord-coréen de lancement de fusées, suscitant des spéculations sur l'imminence d'un test de missile ou de fusée. Selon la vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréenne citée vendredi par l'agence russe TASS, Pyongyang envisage de suspendre ses discussions sur le nucléaire avec Washington après l'échec du deuxième sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump à Hanoï fin février. 

"Nous n'avons aucune intention de céder aux demandes des Etats-Unis d'aucune manière, et ne sommes pas non plus disposés à nous engager dans des négociations de ce type", a déclaré Choe Son Hui d'après l'agence russe, ajoutant que Kim Jong-un fera bientôt une déclaration officielle sur ses intentions.

Lire aussi

Mike Pompeo défend "une relation professionnelle"

La responsable a par ailleurs critiqué l'attitude du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo et du conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, estimant qu'ils "avaient créé une atmosphère d'hostilité et de défiance" et "fait obstruction" aux "efforts constructifs" de Kim et Trump. "Résultat, le sommet s'est achevé sans aucun résultat significatif", a poursuivi celle qui était présente à Hanoï. 

De son côté, Mike Pompeo a assuré avoir au contraire une "relation professionnelle" avec ses interlocuteurs ajoutant avoir "bon espoir" que les Etats-Unis puissent "continuer à discuter" avec la Corée du Nord malgré la menace nord-coréenne de suspendre les négociations sur la dénucléarisation.

La Corée du Sud pour la reprise des pourparlers

Il s'agit d'un changement de ton de Pyongyang, alors que les deux parties avaient exprimé leur intention de poursuivre le processus de discussions après le sommet d'Hanoï. Kim Jong-un avait alors proposé de démanteler son complexe nucléaire de Yongbyon en échange de la levée des principales sanctions. Mais Donald Trump avait refusé, estimant que ce n'était pas suffisant. Washington veut d'emblée un "grand accord" qui permette d'un coup la "dénucléarisation définitive et entièrement vérifiée de la Corée du Nord" en échange de la levée des sanctions qui étranglent l'économie de ce pays. 

A Séoul, la présidence a tenté de minimiser la portée des déclarations de la vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréenne, estimant qu'il était "prématuré d'évaluer la situation actuelle uniquement avec les propos de Choe", et ajoutant que la Corée du Sud continuerait à œuvrer pour la reprise des pourparlers.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter