Les Nord-Coréens ont annulé une rencontre avec Mike Pence à Pyeongchang

INTERNATIONAL - Le vice-président américain était prêt à rencontrer une délégation de hauts responsables nord-coréens en marge des Jeux olympiques d'hiver mais cette "brève réunion" a été annulée "au dernier moment" par Pyongyang, a révélé Washington mardi 20 février.

Il était dans les tribunes officielles, pour assister à la cérémonie d'ouverture. Le 9 février dernier, Mike Pence était assis à quelques pas de la soeur et du frère du dictateur nord-coréen Kim Jong-Un. C'est lors de cette visite à Pyeongchang, en Corée du Sud, que "la possibilité d'une brève rencontre avec les dirigeants de la délégation nord-coréenne s'est présentée", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert.

Elle poursuit dans un communiqué : "Le vice-président était prêt à saisir cette opportunité afin de souligner la nécessité pour la Corée du Nord d'abandonner ses programmes illicites de missiles balistiques et nucléaires." Mais "au dernier moment, des responsables de la RPDC (République populaire démocratique de Corée, ndlr) ont décidé de ne pas procéder à cette rencontre". Une annulation qui intervient après que Mike Pence avait fait référence à l'attitude irrespectueuse de Pyongyang vis-à-vis des droits de l'Homme.

La Corée du Nord a suspendu une réunion en espérant que le vice-président adoucirait son message, ce qui aurait laissé une place entière à leur propagande durant les Jeux.Nick Ayers, conseiller de Mike Pence

Mike Pence devait rencontrer Kim Jong-nam et Kim Yo-jong le lendemain, mais les officiels nord-coréens ont ajourné la rencontre deux heures avant. La réunion était prévue à la Maison bleue de Séoul, l'équivalent de la Maison blanche sud-coréenne.

L'entourage de Mike Pence a des mots fermes pour décrire cette situation diplomatique : "La Corée du Nord a suspendu une réunion en espérant que le vice-président adoucirait son message, ce qui aurait laissé une place entière à leur propagande durant les jeux." évoque Nick Ayers, conseiller du vice-président. 

La porte-parole abonde dans ce sens : "Nous regrettons qu'ils n'aient pas saisi cette opportunité. Nous n'allons pas nous excuser pour les valeurs américaines, pour avoir attirer l'attention sur les atteintes aux droits de l'Homme, ou parce que nous portons le deuil de la mort injuste d'un Américain", ajoute-t-elle, à propos de Otto Warmbier. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Détente entre la Corée du Nord et les États-Unis

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter