Quand Facebook censure une photo postée par la Première ministre norvégienne

Quand Facebook censure une photo postée par la Première ministre norvégienne

CENSURE - Erna Solberg avait publié sur son compte l’image "Pulitzerisée" de Kim Phuc, la fillette vietnamienne immortalisée en 1972 lors de la guerre, fuyant nue son village attaqué au napalm. Elle a été supprimée au nom des "règles sur la nudité sur le réseau social", avant que le réseau social ne fasse machine arrière face aux protestations.

Cachez cette guerre que je ne saurais voir. Facebook s’est attiré les foudres norvégiennes vendredi en censurant un post de… la Première ministre de ce pays. Le réseau social  a finalement fait machine arrière en fin de journée, autorisant la publication.

Erna Solberg avait  diffusé au matin sur son mur la tristement célèbre photo de Kim Phuc, une fillette de 9 ans fuyant toute nue sur une route, hurlant de douleur et de terreur après l'attaque au napalm de son village , en 1972,  pendant la guerre du Vietnam. 

C’est au nom des règles sur la nudité que l’image avait été retirée. Prise par un reporter d’Associated Press, elle est pourtant considérée comme un document historique, et avait été récompensée par le prix Pulitzer. Mme Solberg l’avait publiée au nom de la liberté  d'expression dans le cadre d’un premier débat national autour d'une autre décision de Facebook de supprimer, il y a deux semaines, des posts de photos de guerre.

Facebook fait fausse route quand il censure de telles photos. Cela contribue à freiner la liberté d'expression- Erna Solberg, Première ministre norvégienne

"J'apprécie le travail de Facebook et d'autres médias pour stopper les images et les contenus montrant des mauvais traitements et de la violence. (...) Mais Facebook fait fausse route quand il censure de telles photos. Cela contribue à freiner la liberté d'expression", a écrit la Première ministre sur sa page Facebook vendredi matin, recueillant rapidement des milliers de mentions "J'aime".

Mme Solberg a de nouveau publié la  photo de la discorde ainsi que d'autres clichés emblématiques. Ils ont tous été immédiatement biffés de noir par les modérateurs du réseau.

Il est difficile d'autoriser la photo d'un enfant nu dans un cas et pas dans l'autre - Un porte-parole de Facebook

"Il est difficile d'autoriser la photo - si iconique soit-elle -, d'un enfant nu dans un cas et pas  dans d'autres", s'est défendu dans un premier temps Facebook. "Nous essayons de trouver le bon équilibre pour permettre aux gens de s'exprimer tout en préservant la sécurité et le respect de notre  communauté". Mais le réseau social américain est, quelques heures plus tard,  revenu sur sa décision pour "tenir compte des réactions de la communauté d'utilisateurs", mais aussi en vertu du "statut  d'image emblématique et d'importance historique" du cliché incriminé, a indiqué un porte-parole du groupe.

L’affaire a pris de telles proportions que la Fédération de la presse norvégienne a appelé le fonds de pension du pays, le plus riche au monde, à examiner si cette pratique est conforme aux critères éthiques conditionnant ses investissements dans la marque Facebook.  Le journal Aftenposten a consacré sa  Une à la fameuse photo, publiant une longue lettre à Mark Zuckerberg, le PDG du géant américain.  

Précédents

Pour rappel, l'affaire a des précédents. Notamment en France, où Facebook doit passer devant la justice. L'entreprise est poursuivie par un  utilisateur pour avoir censuré une photo du tableau de Gustave Courbet  "L'Origine du monde", représentant un sexe féminin. 

Au début de l'année, une députée danoise s'est aussi plainte de ne pas  pouvoir publier un cliché de la Petite Sirène, la célèbre statue de Copenhague,  parce qu'elle contenait "trop de peau nue ou de sous-entendus sexuels".

Lire aussi

    VIDEO. Facebook censure une photo d'un mannequin grande taille :

    En vidéo

    Facebook censure une photo d'un mannequin grande taille

    VIDEO. Signaler les radars sur Facebook, c’est légal selon la Cour de cassation :

    En vidéo

    Signaler les radars sur Facebook, c’est légal selon la Cour de cassation

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

    Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

    "Crétin de fils de ..." : Donald Trump s’en prend violemment au chef des républicains au Sénat

    Covid-19 : la Chine remet en cause l'efficacité de ses propres vaccins

    L'Iran accuse Israël d'une attaque sur un centre nucléaire et promet de "se venger"

    Lire et commenter