Quand le pape François évoque sa propre mort

International

RELIGION - Le pape François s'est confié aux journalistes dans l'avion qui le ramenait de Corée lundi. Il a notamment évoqué pour la première fois sa mort n'excluant pas de démissionner comme son prédécesseur Benoit XVI s'il n'avait plus les forces de continuer sa mission.

C'est un pape souriant et visiblement en pleine forme qui s'est confié aux journalistes, lundi, dans l'avion de retour de son voyage en Corée. Le souverain pontife s'est même laissé aller à la confidence en évoquant sa propre mort, au détour d'une question sur sa popularité. "Je la vis comme une générosité du peuple de Dieu. Intérieurement, je cherche à penser à mes péchés, à mes erreurs, pour ne pas m'enorgueillir. Parce que, je le sais, ça durera peu de temps. Deux ou trois ans. Et puis, à la Maison du Père !" a-t-il lâché sur le ton de la boutade.

Plus sérieusement, François, âgé de 77 ans, a affirmé qu'il mettrait un terme à sa mission, s'il ne se sentait plus en capacité d'assumer ses fonctions. Depuis celle de Benoît XVI en 2013, la démission d'un pape n'est plus "une exception", "même si ça ne plaît pas à certains théologiens", a-t-il notamment précisé ajoutant que si un jour il ne se sentait "plus capable d'aller de l'avant (...) je prierais et ferais de même. Benoît XVI a ouvert une porte qui est institutionnelle".

Un pape qui prend l'ascenseur tout seul

Le pape a révélé quelques détails sur sa vie quotidienne. En dépit de la lourdeur du protocole, il essaye "d'être libre, il y a les rendez-vous de travail, de bureau. Et puis il y a la vie. La vie la plus normale que je puisse mener. J'aimerais pouvoir sortir mais cela n'est pas possible parce que si tu sors, les gens viennent à toi. Je ne peux donc pas. C'est une réalité. A Sainte Marthe, je vis une vie normale de travail, de repos, de discussions."

De là à se sentir prisonnier ? "Non! Au début oui, mais maintenant non, des murs sont tombés. Par exemple celui de prendre l'ascenseur seul! Au début le pape ne pouvait pas prendre l'ascenseur seul… tout cela est fini." 

Du maté pour calmer ses nerfs

François, qui ne prend jamais de congés hors du Vatican, a répondu qu'il prend "toujours des vacances". "Je change de rythme. Je lis des choses qui me plaisent, j'écoute de la musique. Je prie davantage. Cela me repose. Une partie du mois d'août, j'ai fait ça. Cela me convient comme ça."

François a reconnu qu'il avait "quelques problèmes de nerfs. Il faut bien les traiter. Leur donner du maté (thé argentin qui est plutôt un excitant, NDLR) chaque jour", a-t-il plaisanté. Avant d'ajouter : "Une de ces névroses, c'est que je suis trop casanier", rappelant que "la dernière fois qu'il (avait) pris des vacances hors de Buenos Aires, c'était avec la communauté jésuite en 1975".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter