Quand les services secrets vous espionnent grâce à votre webcam

Quand les services secrets vous espionnent grâce à votre webcam

International
DirectLCI
SURVEILLANCE - D'après les documents dévoilés par l'informaticien Edward Snowden, l'agence de surveillance américaine a aidé son pendant britannique, le GCHQ, à intercepter et à stocker les images de webcams des utilisateurs de Yahoo!. Au total, ce sont des millions de personnes qui sont concernées partout dans le monde.

Une nouvelle révélation dans le scandale des écoutes de la NSA. L'agence de surveillance britannique GCHQ, avec l'aide de son pendant américain NSA, a intercepté les images de webcams de millions d'utilisateurs de Yahoo!, selon des documents révélés par l'ex-consultant Edward Snowden et relayés par le quotidien britannique The Guardian.

Une information qui témoigne de l'ampleur du système de surveillance mis en place. Car sur une seule période de six mois, en 2008, ce programme baptisé "Optic Nerve" a ainsi permis de recueillir des images fixes de conversations vidéo de plus d'1,8 million d'utilisateurs de comptes Yahoo! un peu partout dans le monde. Parmi ces images figure "une quantité substantielle de communications explicitement sexuelles", ajoute le quotidien, soit entre 3% et 11% des données récoltées.

"Un niveau sans précédent de violation de la vie privée"

Pourquoi un tel système ? L'agence britannique avait remarqué que certaines de ses cibles utilisaient les services de communication de Yahoo! pour échanger des informations. Il s'agissait donc d'expérimenter la reconnaissance faciale automatique afin de surveiller des cibles mais aussi en repérer de nouvelles. Pour cela, le programme n'opérait aucune discrimination : il collectait "en vrac" des images, que les internautes fussent des suspects ou non, et sauvegardait une image toutes les cinq minutes. Le programme baptisé "Optic Nerve" et mis en place en 2008, était encore opérationnel en 2012.

Furieux, le groupe Yahoo! a fait savoir que si ces informations étaient vraies, elles constituaient "un niveau sans précédent de violation de la vie privée de nos utilisateurs, ce qui est complètement inacceptable". "Nous n'étions pas au courant et nous ne tolérons pas" cette activité, a ajouté une porte-parole du groupe, appelant "les gouvernements du monde entier à réformer la législation sur la surveillance pour qu'elle soit en accord avec les principes que nous avons exposés en décembre".

Elle fait ainsi référence à l'appel lancé par huit géants de l'internet pour que le président américain Barack Obama encadre les pratiques de surveillance. Plusieurs mois après les révélations de l'ex-consultant de la NSA Edward Snowden, le capital confiance de ces derniers est encore une fois sérieusement entamé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter