Quand les talibans trouvent "horrible" et "brutale" une vidéo de Daech

International
TERRORISME - Alors que l'organisation islamiste Daech multiplie les conquêtes et les mises en scène atroces de mise à mort d'otages sur Internet, les talibans afghans, leurs rivaux eux-mêmes accusés d'atrocités, ont exprimé leur "horreur".

Si le sujet n'était aussi dramatique, on pourrait dire que c'est l'hôpital qui se fout de la charité. Les talibans afghans ont qualifié de "brutale" et "horrible" une vidéo montrant des combattants présumés de l'organisation Daech (acronyme arabe de "Etat Islamique") en Afghanistan faire exploser leurs prisonniers. Une dénonciation qui témoigne surtout de la rivalité croissante dans la région entre ces deux groupes djihadistes.

La vidéo macabre, filmée selon ses auteurs dans l'est de l'Afghanistan et diffusée cette semaine sur des sites liés à Daech, décrit ces prisonniers comme étant des "apostats", partisans du gouvernement afghan ou des talibans, ce que ces derniers ont nié. "Cette vidéo horrible montre des ravisseurs qui s'associent à Daech tuer brutalement de nombreux chefs de tribus à la barbe blanche et des villageois à l'aide d'explosifs", ont indiqué les talibans dans un communiqué, affirmant qu'il s'agissait là d'un acte "intolérable" perpétré "par une poignée d'individus ignorants se réclamant de l'islam".

A LIRE AUSSI
>> Non, Christian Estrosi, les terroristes de Daech ne se cachent pas parmi les migrants
>> Femmes et enfants esclaves : les terrifiants documents de Daech


Les talibans accusés d'atrocités

Triste ironie de l'histoire : les talibans sont eux-mêmes accusés d'avoir multiplié les atrocités lorsqu'ils étaient au pouvoir à Kaboul, de 1996 à 2001, et depuis leur insurrection contre les forces étrangères et leurs alliés locaux. Un rapport récent de l'ONU soulignait d'ailleurs que les insurgés sont responsables de la majorité des attaques contre les civils en Afghanistan, qui ont atteint un niveau record au cours des six premiers mois de l'année, marquant la fin de la mission de combat de l'Otan dans le pays.

Depuis le début de l'année, des djihadistes afghans ont changé leur fusil d'épaule afin de rejoindre les rangs de la branche locale de Daech qui cherche à y étendre son "califat" proclamé sur des pans de la Syrie et de l'Irak. Selon des analystes, Daech pourrait de surcroît bénéficier des dissensions récentes au sein des talibans à propos de la désignation du mollah Akhtar Mansour comme successeur du mollah Omar, chef historique de la rébellion dont la mort, qui remonte à 2013 selon les autorités afghanes, a été annoncée fin juillet . L'annonce de la mort du mollah Omar a conduit au report de pourparlers de paix entre les talibans et le gouvernement afghan, et donné lieu à une nouvelle vague d'attentats à Kaboul.

A LIRE AUSSI
>>
Le mollah Omar mort, sa succession à la tête des talibans en question
>>
Rififi chez les djihadistes : les talibans publient une biographie du mollah Omar pour contrer Daesh

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter