Quand un tweet pro-Hong Kong provoque un mini-séisme entre la NBA et la Chine

International

Toute L'info sur

Hong Kong se soulève contre Pékin

POLÉMIQUE - La ligue de basket américaine, la NBA, est actuellement dans la tourmente après la publication d'un tweet pro-Hong Kong du directeur général des Houston Rockets, Daryl Morey. Un post que l'Etat chinois n'a que très peu goûté, condamnant ses propos et suspendant la diffusion en Chine des matchs d'exhibition de la NBA.

C'est une mini-crise géopolitique qui se joue en ce moment entre la NBA et la Chine. Alors que les manifestations dans la province semi-autonome de Hong Kong sont toujours très tendues, un simple tweet publié vendredi a mis le feu aux poudres entre les deux pays. Un tweet signé Daryl Morey, manager général de la franchise de basket des Houston Rockets, très populaire en Chine, en soutien à Hong Kong : "Lutter pour la liberté. Soutien à Hong Kong."

Dès lundi, la NBA a reconnu via un communiqué officiel que le point de vue de Daryl Morey avait "offensé tant de nos amis et fans en Chine, ce qui est regrettable". Une version chinoise du communiqué, postée sur Weibo (ndlr : Twitter chinois), allait même plus loin en assurant que la NBA était "profondément déçue par les remarques inappropriées" du dirigeant des Rockets.

Voir aussi

Des excuses pour calmer le jeu

De son côté, le principal intéressé a fait son mea-culpa : "Je n'avais pas l'intention d'offenser les fans des Rockets ni mes amis en  Chine avec mon tweet. J'ai simplement exprimé une pensée, basée sur une interprétation d'une situation compliquée. J'ai eu beaucoup d'occasions depuis ce tweet d'entendre d'autres points de vue."

La star de l'équipe, James Harden, y est également allée de sa prise de parole lors d'une conférence de presse à Tokyo : "Nous nous excusons. Nous aimons la Chine. Nous aimons jouer là-bas." Dans la foulée, la ligue de basket la plus réputée au monde et les Brooklyn Nets ont annulé un événement prévu mardi à Shanghai, alors qu'ils étaient attendus pour une opération de promotion.

Voir aussi

Ecran noir pour les matchs d'exhibition

Conséquence directe du tweet, et non des moindres, la télévision publique chinoise a annoncé ce mardi qu'elle allait "suspendre" la diffusion de matchs d'exhibition NBA en Chine, alors que l'Etat chinois a condamné dans le même temps les "propos erronés" du GM des Rockets. "Il est inconcevable d'avoir des échanges et des coopérations avec des Chinois sans connaître ni comprendre l'opinion publique chinoise", a déclaré lors d'un point presse Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Simple coïncidence ou réaction vive de la NBA, son patron, Adam Silver, a adopté dans la foulée un ton plus ferme par le biais d'un communiqué : "La NBA ne va pas se mettre en situation de réglementer ce que les joueurs, ses salariés et les propriétaires de clubs disent ou ne disent pas sur ces questions." Avant d'en remettre une couche : "Nous ne nous excusons pas pour le fait que Daryl fasse usage de sa liberté d'expression."

Des enjeux financiers colossaux

Depuis quelques années, le continent asiatique et plus particulièrement la Chine représente un bassin très important en terme de téléspectateurs, et par conséquent de recettes. Lors de la saison 2017-2018, près de 640 millions de personnes en Chine ont regardé des images de la saison NBA. De plus, la ligue de basket américaine a renouvelé pour cinq ans un partenariat à prix d'or avec Tencent, un géant chinois du streaming, pour un montant avoisinant 1,5 milliard de dollars selon le Wall Street Journal

A propos de l'impact financier que cause cette crise, le patron de la NBA déplorait dès lundi les pertes à l'agence Kyodo : "L'impact économique est déjà clair. Ce tweet a déjà eu des conséquences assez dramatiques." Reste à savoir maintenant si les parties vont continuer de camper sur leurs positions.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter