"Que la Russie se tienne prête, car les missiles arrivent" : la mise en garde de Donald Trump sur la Syrie

"Que la Russie se tienne prête, car les missiles arrivent" : la mise en garde de Donald Trump sur la Syrie

DIPLOMATIE - Le président américain Donald Trump a averti mercredi la Russie, alliée de Bachar al-Assad, que des missiles seraient lancés sur la Syrie après l'attaque chimique présumée imputée au régime syrien.

Véritable menace ou simple mise en garde ? Donald Trump s'est fendu d'un tweet guerrier ce mercredi, prévenant la Russie qu'il allait lancer des missiles sur la Syrie. Une déclaration qui intervient à l'heure où les chancelleries occidentales se préparaient à intervenir, quatre jours après une attaque chimique orchestrée par Damas.

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Lire aussi

"La Russie jure d'abattre n'importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et 'intelligents !' Vous ne devriez pas vous associer à un animal qui gaze son peuple et aime cela", a écrit Donald Trump dans un premier tweet avant d'indiquer, dans un second, que la relation entre les Washington et Moscou "était plus mauvaise que jamais, même en incluant la Guerre froide". Le Kremlin a répondu au président américain que la Russie "ne participera pas à la twitto-diplomatie".

Guerre des mots

Si le chef de l'Etat est coutumier des provocations sur Twitter, celle-ci semble confirmer le regain de tensions entre les Etats-Unis et la Russie. La confrontation s'est en effet durcie sur le dossier syrien : Moscou, soutien indéfectible de Damas, a opposé mardi son veto au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain visant à créer un mécanisme d'enquête indépendant sur le recours aux armes chimiques en Syrie. Ce mercredi, en réaction au message de Donald Trump, la Russie a tenu à rappeler que les missiles devaient viser "les terroristes" et non "le gouvernement légitime", tout en insinuant que Washington voulait "effacer les traces de provocations" avec des frappes. De son côté, la Syrie a dénoncé comme une "escalade dangereuse" les menaces de frappes, critiquant un régime comme celui des Etats-Unis qui a parrainé et parraine encore le terrorisme en Syrie".

En face, les Occidentaux, Etats-Unis et France en tête, ont redoublé de détermination après avoir déjà fait clairement planer la menace de représailles militaires. "La France mettra tout en oeuvre contre l'impunité chimique", a assuré l'ambassadeur français François Delattre. Elle annoncera "dans les prochains jours" la "décision" sur sa riposte, en coordination avec les alliés américain et britannique, a précisé à Paris le président Emmanuel Macron.

La guerre des mots a repris dès ce mercredi, le Kremlin mettant en garde une nouvelle fois les occidentaux. "Nous espérons encore que toutes les parties vont éviter tout acte qui ne serait en réalité en aucun cas justifié et qui pourrait déstabiliser la situation, déjà fragile sans cela dans la région", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, jugeant la situation actuelle "très tendue".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Gaza : la France appelle Israël à "garantir l'accès rapide et sans entrave de l'aide"

Espagne : arrivée record de 8000 migrants en une journée à Ceuta, 4000 renvoyés au Maroc

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros passent à l'authentification forte

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.