Quelles sont les missions au Niger de l'ONG Acted, dont des membres ont été tués ?

Quelles sont les missions au Niger de l'ONG Acted, dont des membres ont été tués ?

MISSIONS HUMANITAIRES - Dimanche, une attaque a causé la mort de huit personnes, dont six Français, comprenant des employés de l'ONG Acted, dans la zone de Kouré, au sud-ouest du Niger. Que faisaient-ils sur place ? Premiers éléments de réponse.

Dimanche 9 août, au sud-ouest du Niger, huit personnes, dont six Français, ont été assassinées par des hommes armés en moto. L'association Acted, une ONG présente dans 37 pays du monde, a ensuite indiqué que sept de ses membres avaient été touchés par cette attaque. Mais de nombreuses zones d'ombre demeurent sur ce drame.

Parmi elles, le rôle et la mission des victimes au sein de ce pays, dans une zone régulièrement touchée par le terrorisme. Sur son site internet, l'ONG indique qu'elle est "présente au Niger depuis 2010", avec pour objectif d'être "mobilisée aux côtés des populations les plus vulnérables touchées par les crises, afin d'apporter une réponse à leurs besoins essentiels tout en renforçant leurs capacités de résilience".

Toute l'info sur

Des Français tués dans une attaque au Niger

Selon l'AFP, l'ONG emploie 158 collaborateurs au Niger, pays dans lequel elle a mené une quinzaine de projets en 2019, dont ont bénéficié près de 232.000 personnes. "Acted apporte un accès à l'eau et l'assainissement aux déplacés et aux communautés hôtes et leur distribue des kits abris et des biens non-alimentaires", notamment dans les régions de Diffa, au sud-est du pays, et celle de Tillabéry, là où ont été tuées les huit personnes dimanche, précise l'association. 

Lire aussi

"Des séances de sensibilisation aux bonnes pratiques d'hygiène" sont également mises en place par les membres de l'ONG afin de "prévenir l'apparition d'épidémies". "La maintenance des infrastructures est également organisée pour garantir la viabilité de celles-ci", indique l'ONG sur son site.

"Une sortie de loisirs"

Le déplacement des victimes au moment de l'attaque était-il lié à ses missions humanitaires ou dans le cadre du "tourisme", comme l'a évoqué sur LCI Dominique Trinquand, ancien chef de mission militaire française auprès de l'ONU ? Lors d'une conférence de presse lundi après-midi, la directrice générale de l'ONG Marie-Pierre Caley a indiqué qu'il s'agissait d'une "sortie de loisirs, de découverte", "encadrée et sécurisée" pour ses salariés qui "n'étaient pas en mission" dimanche. La zone du Kouré est une réserve naturelle qui abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest.

La directrice générale a toutefois assuré que le parc se situe en "zone jaune", selon la classification du ministère des Affaires étrangères, n'interdisant pas aux voyageurs de s'y rendre mais nécessitant une "vigilance renforcée". Une zone, selon elle, "extrêmement fréquentée par l'ensemble de la communauté internationale".

"Les humanitaires travaillent au-delà des horaires, au-delà de toutes les journées", a précisé de son côté Frédéric de Saint-Serin, directeur général délégué d'Acted. "Le dimanche, quelques fois, lorsqu'ils le peuvent, ils se déplacent, profitent d'un peu de bon temps entre eux", sans oublier toutefois de respecter "des mesures de sécurité absolument drastiques."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 6000 personnes toujours en réanimation

Qui pourra rouvrir en mai ? Les certitudes et les inconnues du calendrier du déconfinement

Deux jeunes retrouvés morts après être partis en randonnée au Piton de la Fournaise

Minute par minute, comment suivre le décollage de Thomas Pesquet à bord de SpaceX

Fin des vacances scolaires : y aura-t-il une tolérance pour les déplacements le week-end des 24 et 25 avril ?

Lire et commenter