Qui est Cumhuriyet, le quotidien turc qui a osé publier Charlie Hebdo ?

International
DirectLCI
PRESSE - Ce quotidien turc, opposant au gouvernement en place, a publié dans son édition de mercredi quatre pages extraites de Charlie Hebdo. Un symbole, dans ce pays à majorité musulmane, dirigé par un président ultra-conservateur. La rédaction a été placée sous surveillance policière.

"S'il n'y avait qu'une seule traduction, un seul journal avec lequel on aurait travaillé, c'est celui là". Mardi après-midi, l'équipe de Charlie Hebdo présente son nouveau numéro, devant une centaine de journalistes. Gérard Biard, le rédacteur en chef, annonçe que celui-ci sera disponible sur Internet en trois langues, mais aussi distribué en Italie et en Turquie, avec deux quotidiens partenaires : Il Fatto Quotidiano et Cumhuriyet, en Turquie.

LIRE AUSSI >> Charlie Hebdo : l'équipe décimée présente le numéro des "résistants"

Un symbole, pour l'équipe de Charlie. Car le journal est le seul, dans un pays à majorité musulmane, à oser publier les caricatures. "Aujourd'hui la Turquie vit un moment difficile, détaille Gérard Biard. La laïcité y est attaquée. Et dans l'événement qu'on est en train de vivre, c'est la laïcité qui a aussi été attaquée".

De nombreux procès

Le Cumhuriyet - "République", en Turc - a été fondé par un proche du fondateur de la Turquie moderne et laïque, Mustafa Kemal Atatürk . Aujourd'hui, sa ligne éditoriale est résolument opposée au régime du président Erdogan. Il a fait l'objet ces dernières années de nombreux procès et a été la cible d'attentats. Plusieurs de ces journalistes ont été emprisonnés.

"L’idée a été lancée dès le jour de l’attentat, afin de démontrer concrètement à nos lecteurs notre solidarité professionnelle avec Charlie, explique à Libération Ayse Yildirim Baslangic, la rédactrice en chef du quotidien . Pour l'occasion, le journal va doubler son tirage, passant à 100.000 exemplaires. Le quotidien n'a cependant pas repris Charlie dans son intégralité. Seules quatre pages sont insérées dans le cahier central. La une, représentant le prophète Mahomet la larme à l'oeil, est reproduite, mais sous forme de vignette.

Descente de police

Cette publication ne s'est pas faite sans débats et menaces. Mardi soir, avant l'impression, la police a fait une descente dans les locaux pour inspecter la maquette, avant de donner son feu vert à la publication. Et, ce mercredi matin, des effectifs de police ont été déployés autour de ses locaux à Istanbul et Ankara.

Si le Premier ministre turc a fait partie de la marche symbolique dimanche dernier, la solidarité officielle du pays est à géométrie variable. Le jour de la publication de Charlie, un tribunal turc a en effet ordonné le blocage des sites internet qui publient la caricature du prophète Mahomet.

LIRE AUSSI >> Ces invités (un peu gênants) de la marche républicaine

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter