Qui est le groupe djihadiste qui a enlevé Hervé Gourdel ?

Qui est le groupe djihadiste qui a enlevé Hervé Gourdel ?

FOCUS – L'enlèvement d'un touriste français parti faire un trek en Algérie a été revendiqué par le groupe islamiste Jund Al-Khilafah. Celui-ci a récemment prêté allégeance à l'Etat islamique, et avait déjà fait parler de lui lors de l'affaire Merah.

Mais qui se cache derrière l'enlèvement d’Hervé Gourdel ? Connu depuis plusieurs années pour graviter dans la nébuleuse d'Aqmi, l'antenne d'Al-Qaïda dans le Sahel, le groupe Jund Al-Khilafah (littéralement “soldats du califat”) a annoncé récemment avoir prêté allégeance à l'Etat islamique, qui mène une vaste offensive en Irak à partir de la Syrie.

La vidéo de l'otage français , authentifiée par le Quai d'Orsay, comporte d'ailleurs des revendications directement liées à l’organisation djihadiste responsable entre autres de l'exécution récente de deux journalistes américains et d'un humanitaire britannique. Le groupe Jund Al-Khilafah menace ainsi d'exécuter Hervé Pierre Gourdel dans les vingt-quatre heures si la France n'arrêtait pas ses frappes contre l'EI en Irak.

Un groupe qui monte en puissance ?

Ce n'est pas la première fois que ce groupe salafiste sévissant sur le territoire algérien - et qui aurait des ramifications au Kazakhstan - fait parler de lui. En 2012, un message posté sur un forum djihadiste par Jund Al-Khilafah avait en effet revendiqué les tueries perpétrées par le “tueur au scooter”, Mohamed Merah, rapporte le groupe de recherche américain SITE , spécialisé dans la surveillance de l'activité des groupes terroristes sur Internet. L'authenticité de cette revendication avait néanmoins été remise en question par les enquêteurs.

Dans un deuxième temps, un membre de l'organisation islamiste, Abu al-Qa’qa’ al-Andalusi, avait posté un message intitulé "Yusuf al-Fransi (Muhammad Merah) As I Knew Him", soit "Youssef le Français ou Mohamed Merah tel que je l'ai connu". Ce texte décrivait la relation qu'il avait entretenue avec Merah. Un document cette fois jugé crédible par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), rappelle le Huffingtonpost.

Ancien commandant d'Aqmi, Gouri Abdelmalek, alias Khaled Abou Souleimane, serait à la tête du groupe Jund Al-Khilafah. Le portrait dressé par le site de Tout sur l'Algérie est édifiant : selon un officier algérien, il s'agirait d'un "extrémiste sanguinaire" qui "aurait rejoint le maquis depuis des années après avoir été emprisonné pendant cinq ans à Tizi Ouzou pour soutien aux groupes terroristes". Dans un communiqué diffusé il y a une dizaine de jours, où il annonce prêter allégeance à l'EI, Gouri Abdelmalek accuse les pays du Maghreb d'avoir "dévié de la juste voie". Il précise en outre avoir été rejoint par un autre commandant d'Aqmi dans l'est de l'Algérie. Une information qui laisse entendre que le groupe islamiste s'est renforcé mais ne permet pas de savoir de quelles ressources dispose précisément Jund Al-Khilafah.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - À peine président, Joe Biden signe une série de décrets dont le retour dans l'Accord de Paris

EN DIRECT - Feu vert de l'Assemblée nationale à l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

Vents violents : cinq départements désormais en vigilance orange

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

Lire et commenter