Qui est le quartet tunisien qui a reçu le prix Nobel de la paix ?

International
PORTRAIT - Le comité Nobel a attribué vendredi le prix Nobel de la Paix au quartet de médiation tunisien qui a contribué à asseoir la transition vers la démocratie dans le pays après le soulèvement populaire de 2011.

Instigatrice des "Printemps arabes" en 2011, la Tunisie a trouvé les ressources pour instaurer rapidement une démocratie dont la mise en place a toutefois été synonyme d'incertitudes politiques ces dernières années. Néanmoins, malgré les difficultés, l'instabilité à ses frontières et la poussée islamiste dans le pays, ce renouveau politique s'est confirmé et semble se consolider avec l'élection d'un premier président élu démocratiquement et de manière transparente dans le pays, l'année dernière, en la personne de Béji Caïd Essebs.

Une médiation majeure et une feuille de route en 2014

Une construction démocratique dont les bâtisseurs ont été en grande partie les membres du quartet de médiation tunisien honorés vendredi 9 octobre par le prix Nobel de la paix. Ce dernier composé du syndicat UGTT, l'organisation patronale Utica, la Ligue tunisienne des droits de l'homme et l'Ordre des avocats a joué un rôle essentiel dans la mise en place d'un dialogue national.

EN SAVOIR + >> Prix Nobel de la paix 2015 : la Tunisie honorée

Lors de la crise politique de 2014 notamment – consécutive à l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd –, le quartet a proposé une feuille de route prévoyant un retour aux négociations entre le parti islamiste majoritaire Ennahda et l'opposition. Elle a largement contribué en parallèle à fonder les bases de la constitution et le calendrier de nouvelles élections.

Pour parvenir à cette alliance, la centrale syndicale UGTT, représentant près d'1,5 million de salariés tunisiens et la non moins puissante organisation patronale Utica, emmenée par Widded Bouchamaoui, ont dû dépasser leurs divergences pour s'allier au sein du quartet. Un rapprochement de raison alors que l'économie tunisienne a grandement souffert du bouleversement politique qui a suivi la révolution et reste extrêmement fragile. Mais leur poids a indéniablement pesé sur les négociations entreprises avec les partis pour renouer le dialogue et jeter les bases d'un système pérenne. Une collaboration qui devrait en outre servir à terme le redressement de l'économie tunisienne.

À LIRE AUSSI
>>
Prix Nobel : cinq choses à savoir pour briller en société
>>
Angela Merkel, favorite pour le Nobel de la paix
>>
Malala, la jeune Prix Nobel de la paix, réussit brillamment ses examens
>>
VIDÉO - Malala comme vous ne l'avez jamais vue

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter