Raid spectaculaire en Afghanistan : 400 prisonniers libérés par des talibans

Raid spectaculaire en Afghanistan : 400 prisonniers libérés par des talibans

EVASION - Au cours d'une opération spectaculaire, lundi, un commando taliban a réussi à libérer des centaines de prisonniers dans le centre de l'Afghanistan.

Quelque 400 prisonniers ont été libérés lundi en Afghanistan par un commando taliban. Une opération menée au terme d'un raid meurtrier contre une prison de la province de Ghazn, au centre du pays, et grâce à un tunnel "d'un kilomètre" creusé pendant des mois pour faciliter cette évasion spectaculaire.   

Une attaque qui n'est pas sans rappeler celle de 2011 dans la province de Kandahar (sud), un bastion de la rébellion islamiste armée, au cours de laquelle 500 combattants avaient été libérés. Ce lundi, "vers environ 02h30, six talibans vêtus d'uniformes militaires ont attaqué la prison de Ghazni", a expliqué à l'AFP le gouverneur adjoint de la province de Ghazni, Mohammad Ali Ahmadi. "Ils ont d'abord fait exploser une voiture piégée devant la porte de la prison, puis tiré une roquette et fait irruption dans la prison".

Un tunnel d'un kilomètre

Au moins quatre policiers seraient morts et une dizaine blessés. Selon le ministère afghan de l'Intérieur, quelque 400 prisonniers, dont les identités n'ont pas été précisées, ont pu s'enfuir. Les talibans ont aussitôt revendiqué cette opération dans un communiqué, affirmant que la prison était tombée "sous leur contrôle" au terme de "plusieurs heures" de combats. Les prisonniers, tous des insurgés dont une centaine de commandants selon la rébellion islamiste, ont ensuite emprunté un tunnel "d'un kilomètre de long", creusé pendant "cinq mois", afin de s'évader, se sont félicités les insurgés. 

Cette évasion massive intervient au moment où les insurgés intensifient leurs attaques contre les forces gouvernementales et les cibles étrangères dans l'espoir, selon des analystes, d'accroître l'ascendant de leur nouveau chef, le mollah Akhtar Mansour, dont le couronnement rapide ne fait pas l'unanimité au sein de la rébellion. Le mollah Mansour a succédé officiellement au mollah Omar après l'annonce à la fin juillet de son décès , et au terme d'un processus "trop rapide" et "non consensuel" dénoncent certains commandants qui reprochent en outre au nouveau chef sa proximité avec le Pakistan, accusé de souffler le chaud et le froid sur la rébellion.

À LIRE AUSSI >> Les images de l'attaque d'une école pakistanaise par les talibans


 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden assure à Netanyahu qu'"Israël a le droit de se défendre"

Remontées mécaniques, parcs d'attractions, clubs libertins : les absurdités des réouvertures à venir

Covid-19 : pourra-t-on se faire vacciner durant le week-end de l'Ascension ?

"Pass sanitaire" et sortie de l'état d'urgence : les députés votent finalement le texte

Roselyne Bachelot confie souffrir d'un "Covid long"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.