Raif Badawi, le blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouet, en grève de la faim

Raif Badawi, le blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouet, en grève de la faim

ARABIE SAOUDITE - Le blogueur saoudien aurait entamé cette semaine une grève de la faim pour contester son transfert dans une nouvelle prison. Son incarcération dans cet établissement signifierait que la grâce royale, un temps envisagée, serait finalement annulée.

Le 9 janvier dernier, Raif Badawi affrontait une première séance de flagellation. D’autres étaient censées suivre chaque semaine pour ce blogueur saoudien, condamné à 1000 coups de fouet ainsi qu’à 10 ans de prison pour "insulte à l’islam". Mais en raison de son état de santé et grâce à la mobilisation de la communauté internationale, aucune autre n’a suivi, laissant entrevoir une issue favorable pour ce père de famille. Près d’un an plus tard, il n’en est rien, puisque Raif Badawi a entamé ces jours-ci une grève de la faim.

Selon la fondation qui porte son nom, le blogueur aurait cessé de s’alimenter depuis mardi. En cause, son incarcération dans une nouvelle prison, à Shabbat. Celle-ci est située dans "une zone déserte et isolée", qui selon la fondation serait "conçue pour les prisonniers dont le verdict a été confirmé et clos par une décision finale et légale." Sauf que, selon les autorités saoudiennes, cela n’était pas le cas concernant Raif.

A LIRE AUSSI >>  Qui est Raif Badawi, le blogueur saoudien condamné à 1000 coups de fouet ?

"Pardonner à mon mari"

Le gouvernement saoudien a en effet déclaré à plusieurs reprises que le cas Badawi était toujours à l'étude. Une procédure de grâce avait même été annoncée le 28 novembre dernier selon sa femme, Ensaf Haidar. "Nous saisissons cette occasion pour demander à Sa Majesté, le roi Salman, d'agir selon ses promesses et de pardonner à mon mari. Il faut mettre fin à son calvaire et le réunir avec sa femme et ses trois enfants", a estimé dans le Journal de Montréal celle qui, depuis plusieurs mois, a trouvé refuge au Canada.

Farouche défenseur de la liberté d'expression, Raif Badawi est emprisonné depuis 2012. Son site internet avait appelé à la fin de l'influence religieuse dans le royaume saoudien, régi par le wahhabisme, une stricte version de l'islam. Il est lauréat 2014 du prix Reporters sans frontières (RSF) pour la liberté de la presse. Le 16 décembre prochain, Ensaf Haidar se rendra, elle, à Strasbourg, afin de recevoir le prestigieux Prix Sakharov décerné à son mari par le Parlement européen.

A LIRE AUSSI >>  "Je ne perds pas espoir" : l’appel émouvant de la femme de Raif Badawi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

EN DIRECT - Covid-19 : situation "inquiétante" dans le Grand Est, alertent les autorités sanitaires

Quarantaine pour les Français vaccinés en Angleterre : Beaune juge la mesure "discriminatoire"

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France 8e, après une belle journée en argent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.