RD Congo : l'opposant Félix Tshisekedi proclamé vainqueur de l'élection présidentielle dans la contestation

International

Toute L'info sur

Elections présidentielles

COUP DE TONNERRE - Le candidat de l'opposition, Félix Tshisekedi, a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle historique à un tour en République démocratique du Congo par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Mais l'un de ses adversaire dénonce un "putsch électoral" et le Quai d'Orsay juge les résultats "non conformes".

Un jour historique pour la RDC ? L’opposant Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). "Ayant obtenu 7.051.013 suffrages valablement exprimés, soit 38,57 %, est proclamé provisoirement élu président de la République démocratique du Congo M. Tshisekedi Tshilombo Félix", a déclaré son président, Corneille Nangaa. Mais ce résultat peut encore faire l'objet de recours devant la Cour constitutionnelle.

Arrivé en deuxième position, son adversaire Martin Fayulu a assuré que "ces résultats n'ont rien à voir avec la vérité des urnes". "C'est un véritable putsch électoral, c'est incompréhensible", a-t-il déclaré dans une interview à RFI. De son côté, le ministère des Affaires étrangères français a rapidement réagi jeudi matin, jugeant les résultats "non conformes". 

L'Eglise a également exprimé ses doutes. Les résultats provisoires de l'élection "ne correspondent pas" aux données collectées par les observateurs de l’Église catholique en République démocratique du Congo, a déclaré jeudi la conférence épiscopale.

A l'inverse, la coalition au pouvoir, qui soutenait le candidat Emmanuel Ramazani Shadary, n'a pas contesté les résultats : "Nous sommes déçus par le mauvais score qui nous est attribué, mais nous prenons acte de la proclamation." Formellement, en tout cas, puisque le porte-parole du FCC n'a pas exclu de voir "le cas échéant, comment introduire des recours par des voies légales".

La RDC, plus grand pays d'Afrique sub-saharienne, vit une double situation historique. C'est la première fois qu'un opposant est proclamé vainqueur d'une élection présidentielle après les deux élections de Joseph Kabila en 2006 et 2011. C'était aussi la première fois que le président sortant acceptait de se retirer sous la pression de la Constitution et non des armes. Joseph Kabila ne pouvait pas briguer un troisième mandat.

Il devance son adversaire Martin Fayulu (collation d’opposition Lamuka) qui a obtenu 6 366 732 suffrages, ainsi qu’Emmanuel Ramazani Shadary, le candidat de la coalition au pouvoir (FCC) qui n’a lui recueilli que 4 357 359 voix. Ce dernier était sous sanctions de l’Union européenne. Le taux de participation est estimé à un peu plus de 47 %.

La Cour constitutionnelle doit publier les résultats définitifs d'ici le 15 janvier, selon l'actuel calendrier électoral qui a pris trois jours de retard. La prestation de serment du nouveau président élu pour un mandat de cinq ans est prévue le 18 janvier selon ce même chronogramme.

Qui est Felix Tshisekedi ?

Félix Tshisekedi est le fils d'une figure majeure de l'histoire politique congolaise, Etienne Tshisekedi, décédé à Bruxelles le 1er février 2017. Près de deux ans après le décès de Tshisekedi père, le corps repose toujours à Bruxelles, officiellement faute d'accord pour les obsèques entre son parti l'UDPS, la famille et le pouvoir.

Felix Tshisekedi a fait équipe pour sa campagne avec l'ex-président de l'Assemblée nationale Vital Kamerhe, qui doit devenir en cas de victoire confirmée Premier ministre selon l'accord entre les deux hommes. Ces derniers jours, M. Tshisekedi avait aussi tendu la main au président Kabila.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter