Recherche de pétrole dans des zones vierges de l'Arctique : Greenpeace perd une bataille

Recherche de pétrole dans des zones vierges de l'Arctique : Greenpeace perd une bataille

International
DirectLCI
ENVIRONNEMENT - La justice norvégienne a débouté des ONG, dont Greenpeace, qui poursuivaient l'État norvégien pour avoir attribué des licences pétrolières dans des zones jamais exploitées de l'Arctique.

Pour ces associations de défense de l'environnement, c'est un défaite. Greenpeace Norvège et deux autres ONG ont été déboutées, jeudi, par la justice norvégienne, alors qu'elles s'opposaient à l'État norvégien, qui a attribué en mai 2016 des concessions en mer de Barents à 13 entreprises pétrolières, dont le norvégien Statoil, les américains Chevron et ConocoPhillips, et le russe Lukoil.

Les organisations Nature et Jeunesse, Campagne des Grands-Parents pour le Climat et Greenpeace ont accusé la Norvège de ne pas respecter une récente disposition de la constitution du pays qui garantit le droit de tous à un environnement sain. Les plaignants estiment aussi que ces  licences d'exploration pétrolière vont à l'encontre de l'Accord de Paris signé par Oslo en 2016, qui vise à limiter à moins de 2°C le réchauffement climatique.


"Trois des licences visent les zones les plus septentrionales et les plus éloignées de la côte jamais ouvertes à la prospection", a déclaré Ingrid Skjoldvær, de Nature et Jeunesse, dans Le Monde. Elles sont à la limite de la banquise, ce qui rend les forages très compliqués. En cas d’accident, les dommages causés pourraient être énormes."

En vidéo

VIDÉO - Nicolas Hulot souhaite mettre fin à l’exploitation du pétrole en France d'ici 2040

Certaines concessions ont été attribuées contre l'avis de plusieurs organismes publics, comme la Direction pour l'environnement, la Direction de la pêche et l'Institut polaire norvégien, notamment à cause de la proximité de ces concessions avec la banquise ou de l'effet des ondes sismiques servant à la prospection sur les stocks de poisson.


Dans son jugement, qui peut encore faire l'objet d'un appel, le tribunal d'Oslo reconnaît bien ce droit à un environnement sain mais conclue que cette autorisation de nouvelles activités pétrolières dans l'Arctique, région a fortiori fragile, ne viole pas ce droit et que la Constitution a été respectée.

La Norvège est le plus gros producteur de pétrole et de gaz naturel d'Europe de l'Ouest et fait partie des 10 premiers exportateurs de pétrole dans le monde. Mais le tribunal a estimé que le pays ne peut être tenu pour responsable des émissions de gaz carbonique liées aux hydrocarbures qu'il exporte dans d'autres pays.


En novembre, le responsable de Greenpeace en Norvège, Truls Gulowsen évoquait "la schizophrénie du pays sur la question climatique" et estime que "c’est comme si un parent disait à son enfant qu’il est extrêmement dangereux de fumer, une cigarette au bec", rapporte Le Monde

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter