Recueillement devant le mur des Lamentations, attaques contre l'Iran ... ce qu'il faut retenir de la visite de Trump en Israël

DirectLCI
HISTORIQUE - Après une visite de deux jours en Arabie Saoudite, Donald Trump est arrivé en Israël ce lundi, avec pour but de relancer le processus de paix entre le pays hébreu et la Palestine. Lors de sa visite à Jérusalem, le président américain s'est recueilli devant le mur des Lamentations, une première pour un président en exercice.

Après une visite de deux jours en Arabie Saoudite, plus précisément à Ryad, le président américain Donald Trump a pris le chemin d’Israël ce lundi, pour une visite ayant pour but de relancer le processus de paix entre le pays hébreu et la Palestine. Un trajet symbolique à plus d'un titre :

Le premier vol direct entre ces deux pays

 Pour la première fois de l’histoire, Trump a relié les deux pays par un vol direct, de Ryad à Tel-Aviv, alors que les deux pays n’entretiennent pas de liens diplomatiques. En revanche, l'avion qui transportait les journalistes accompagnant le président américain a dû faire escale sur l'île de Chypre.

Une prière historique

Au cours de cette visite en Israël, Donald Trump est devenu le premier président américain en exercice à se rendre devant le mur des Lamentations, à Jérusalem. Portant une kippa noire, le chef d’Etat américain s’est ainsi recueilli, sans la présence d’un dirigeant israélien, a posé la main droite et a glissé un bout de papier, contenant habituellement des prières ou des vœux, entre les pierres du lieu sacré. 


Dans le même temps, la femme et la fille de M. Trump, Melania et Ivanka, qui est aussi sa conseillère à la Maison Blanche, se sont rendues dans la partie réservée aux femmes. Après avoir prié, Ivanka, convertie au judaïsme pour pouvoir épouser son mari, Jared Kushner,  et vêtue entièrement de noir, a essuyé quelques larmes.  Avant son étape au mur des Lamentations, le président Trump et sa famille avaient visité le Saint-Sépulcre, lieu le plus saint du christianisme. 

Regain de tensions avec l'Iran

Le président américain s'en est une nouvelle pris violemment à l'Iran, trois jours après la réélection du président Hassan Rohani : "Les Etats-Unis et Israël peuvent affirmer d'une même voix que l'Iran ne  doit jamais posséder une arme nucléaire - jamais - et qu'il doit cesser le financement, l'entraînement et l'équipement meurtriers de terroristes et de  milices."


En conférence de presse ce lundi, le président iranien a répondu à son homologue américain : "Qui peut dire que l'équilibre de la région peut être rétabli sans l'Iran ? Qui peut dire que la région connaîtra un parfait équilibre sans l'Iran ? (…) Le problème est que les Etats-Unis ne connaissent pas notre région, et ceux qui conseillent les responsables américains les induisent en erreur » a déclaré Rohani avant d’ajouter : "Le rêve américain consistant à mettre fin au programme de missiles iraniens ne deviendra jamais réalité."


 Mardi matin, il s'entretiendra avec le président palestinien, Mahmoud Abbas, à Bethléem, en Cisjordanie, avec pour but premier de "faciliter" la reprise de l'effort de paix. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter