Référendum en Nouvelle-Calédonie : pour ou contre l'indépendance ? Parole aux électeurs

International
JT 20H - En Nouvelle-Calédonie, un référendum sur l'indépendance de l'archipel aura lieu dimanche 4 novembre 2018. Deux camps s'y affrontent : les Kanaks et les Caldoches. Quels sont les arguments des uns et des autres ? Reportage.

Dimanche, près 175.000 électeurs sont appelés aux urnes pour décider de l'avenir de leur île. Il s'agira de répondre à cette question : "Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ?". Au micro de TF1, les Kanaks, habitants originels de l’archipel, veulent reprendre leur destin en main. "Il faut que ce soit nous qui prenons les décisions (...) On ne va pas toujours copier sur la France", pointe une femme kanak au micro de TF1. Un homme évoque plus loin les inégalités persistantes qui subsistent entre les autochtones et les Caldoches, habitants d'origine européenne. 


Mais le son de cloche n'est pas identique chez tous les Kanaks. Certains craignent de voir l'archipel sans repères en cas d'indépendance. Un avis évidemment partagé par les Caldoches, interrogés par TF1. "J'aimerais bien que l'on garde cette autonomie tout en ayant des garanties que seul un pays comme la France peut nous apporter", souligne une femme. Selon les dernières estimations, le camp du "non" à l'indépendance devrait largement l'emporter. 

Colonisée jadis par la France, la Nouvelle-Calédonie s'est détachée de la métropole depuis l'accord de Nouméa, signé en 1998. Ce dernier octroie à l'archipel une large autonomie hormis dans les domaines régaliens. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter