Refus des personnes transgenres par Trump : le patron de l'armée américaine attend d'en savoir plus avant d'agir

International
EN SUSPENS - Pour l'instant, le refus des personnes transgenres dans l'armée américaine, demandé par Donald Trump, ne sera pas appliqué. Le chef d’état-major attend en effet de recevoir des instructions du ministère de la Défense pour mettre en place la mesure.

Au lendemain des tweets de Donald Trump annonçant que les personnes transgenres ne pourront plus servir dans l’armée américaine, le chef d’état-major, le général Joseph Dunford, a annoncé ce jeudi que pour l’instant aucune réforme n’avait été lancée par le ministère de la Défense. 


"Il n'y aura pas de modifications de la politique actuelle tant que la directive présidentielle n'aura pas été reçue par le secrétaire à la Défense (ndlr : ministre) et que le secrétaire n'aura pas émis d'instructions pour la mettre en œuvre", a précisé le général Dunford dans une note à la hiérarchie militaire. Sans communication formelle sur le sujet, l’armée continuera donc  "à traiter tous nos personnels avec respect", a-t-il aussi affirmé.

Pas de changement pour l’instant

Ces déclarations visent probablement à rassurer les 2500 à 7000 personnes transgenres présentes dans l’armée, selon le ministère de la Défense. En effet, Donald Trump n’a pas précisé dans ses tweets si les personnes transgenres déjà présentes dans l’armée seraient exclues.


Le général Dunford a sous-entendu que l’armée restait concentrer sur ce qu'elle savait faire. "Nous continuerons, ce qui importe aussi, étant donné les combats que nous menons et les défis auxquels nous faisons face, à rester concentrés sur l'accomplissement des missions qui nous ont été assignées", a-t-il souligné.

Une décision prise en solo ?

Dans une série de tweets postés ce mercredi, le président des États-Unis a annoncé que les personnes transgenres ne pourraient plus servir dans l’armée américaine.

"Après consultation avec mes généraux et des experts militaires, (…)  le gouvernement des États-Unis n’acceptera plus les personnes transgenres à servir en aucun cas dans l’armée américaine. Notre armée (…) ne peut pas supporter le fardeau des coûts médicaux énormes et le chaos que les transgenres pourraient installer ", a tweeté Donald Trump. Selon un rapport de l’entreprise RAND, les soins nécessaires pour les transgenres passeraient de 2.4 à 8.4 millions de dollars, soit une hausse minime du budget de la Santé des armées.


Donald Trump a créé la surprise en annonçant sa décision, qui détourne un tant soit peu l'attention de l'embarrassante affaire des ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016. Elle a semblé prendre de court jusqu'au Pentagone où on ignore donc si elle s'appliquera aux personnes transgenres qui servent déjà dans l'armée ou seulement aux potentielles recrues. Le chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mark Milley, a reconnu ce jeudi qu'il n'avait pas été informé au préalable.

La décision du président américain a été vivement critiquée par la presse américaine et la communauté LGBTQ. De nombreux soldats transgenres ont eu fait part de leur inquiétude. "Mon cœur souffre pour tous les soldats et marins transgenres, qui ont tout donné pour ce pays et dont la carrière est balayée par un tweet négligent", a par exemple déclaré Alaina Kupec, qui a rejoint la Navy dans les années 90, au magazine Time.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter