Scandale Facebook : qui est Christopher Wylie, ce lanceur d'alerte à l'origine des révélations ?

Scandale Facebook : qui est Christopher Wylie, ce lanceur d'alerte à l'origine des révélations ?
International

PORTRAIT - La société Cambridge Analytica est accusée d'avoir utilisé à des fins politiques les données privées de 50 millions d'utilisateurs de Facebook. Une affaire qui n'aurait pas vu le jour sans Christopher Wylie, un ancien ingénieur informatique.

Récolter les données personnelles de millions de personnes sur Facebook pour influencer le vote des électeurs. C'est ce que l'entreprise Cambridge Analytica (CA) a effectué durant plusieurs mois, en vue de l'élection américaine, selon les informations fournies au New York Times et The Observer par Christopher Wylie, un ancien employé. Zoom sur ce lanceur d'alerte qui fait trembler Mark Zuckerberg.

Pour ce Canadien aujourd'hui âgé de 28 ans, l'affaire débute en 2009, au sein du parti centriste libéral-démocrate. C'est là que, de fil en aiguille, il a eu l'idée de lier étude de personnalité et vote politique. Quelques années plus tard, il rencontre Alexander Nix : ce britannique est alors le patron de Strategic Communication Laboratories (SCL), une société spécialisée dans le secteur de la défense qui existe depuis les années 1960. Sa spécialité ? Mener des campagnes de désinformation.

Lire aussi

Un rôle crucial dans le Brexit ? "J’en suis sûr"

Séduit par la démarche du jeune homme, Alexander Nix lui fait une offre d'emploi en lui laissant carte blanche. Christopher Wylie va alors participer à la création de Cambridge Analytica. En 2013, le jeune homme va crosier al route de Steve Bannon, l'ancien conseiller du président américain Donald Trump. A l'époque celui-ci est le directeur de Breitbart, un site ultraconservateur. Mais surtout, il est aux manettes de CA, selon The Observer. Et il va mettre au service du candidat toutes les compétences de cet société pour le faire élire. 

Dès la fin 2015, le Guardian émet déjà l'idée selon laquelle plusieurs données frauduleuses avaient été exploitées. Cela se confirme en 2008, puisque le Guardian, le New York Times et The Observer révèlent que Cambridge Analytica a récolté des informations sur 50 millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu. Christopher Wylie, qui a depuis démissionné de l’entreprise, sort alors du silence. Le monde découvre alors ce geek de 28 ans, aux cheveux teints en rose, qui déballe tout ce qu'il sait sur cette entreprise qu'il a quitté en 2014.

Les Britanniques auraient-ils approuvé le Brexit en 2016 sans Cambridge Analytica? "Non, ils ont joué un rôle crucial, j’en suis sûr", assure le petit génie de l'informatique. Ce dernier n'a pas encore livré tous ses secrets : il doit témoigner ce mardi devant un comité parlementaire britannique, et a accepté de faire de même devant le Congrès américain.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent