Covid-19 : que sait-on des (multiples) traitements reçus par Donald Trump ?

Covid-19 : que sait-on des (multiples) traitements reçus par Donald Trump ?
International

DÉCRYPTAGE - Alors que, d'après les déclarations de ses médecins, l’état de santé du président américain continue de "s’améliorer", Donald Trump a reçu une multitude de traitements depuis son hospitalisation. Quels sont-ils ? À quoi servent-ils ? Des professionnels de santé nous éclairent.

Il va "très bien" mais a tout de même besoin de nombreux traitements. Depuis vendredi, le président américain Donald Trump, 74 ans, est hospitalisé à l’hôpital militaire Walter Reed, près de Washington. Son état continue de "s’améliorer", ont tenu à rassurer ses médecins, dimanche, qui confirment que le locataire de la Maison blanche "se sent bien". Mais au cours de son séjour à l’hôpital, le candidat à sa propre succession s’est vu administrer de nombreux traitements.

Parmi eux, le remdesivir. "Un antiviral très utilisé aux États-Unis", explique à LCI le Pr Enrique Casalino, chef du service des urgences à l’hôpital Bichat (Paris). "Une grande étude américaine a montré qu’il permet de réduire la durée d’hospitalisation ainsi que la mortalité de manière significative", détaille de son côté l’épidémiologiste Martin Blachier, spécialiste en santé publique. "Ce traitement est utilisé pour les patients qui ne sont pas encore en réanimation, mais qui ont besoin d’une oxygénothérapie, juste avant que cela s’aggrave." S’il est largement prescrit outre-Atlantique, le remdesivir ne connaît pas le même succès en France. "Nous ne pouvons le donner que dans le cadre d’un protocole d’évaluation", confirme le Pr Casalino.

Un traitement expérimental et des médicaments pour réduire les symptômes

Ce n’est pas l’unique médicament administré au président américain, qui a également reçu une injection du traitement de la société Regeneron. "Ce sont des nouveaux anticorps, synthétiques", poursuit le Pr Casalino, qui note toutefois que ce médicament demeure encore en phase expérimentale. "Pour le moment, les données sont très partielles, mais montrent une certaine efficacité", assure-t-il. Testé sur 275 patients, il aurait permis de réduire la quantité de virus et accéléré leur guérison, affirme la société. "Toutefois, même s’il s’agit d’une approche très intéressante, nous n’avons encore aucune certitude sur l’efficacité du produit", nuance le médecin.

Lire aussi

Dans le cocktail de médicaments reçus par le président américain figure aussi la dexaméthasone. "Le virus entraîne une réaction inflammatoire très forte et provoque des insuffisances respiratoires", rappelle Martin Blachier. "La dexaméthasone est un anti-inflammatoire. Son objectif est donc de calmer l’inflammation pour éviter que l’état du patient ne s’aggrave." Et cela semble fonctionner. "Il a été démontré que, chez des patients montrant des signes de gravité, la mortalité est réduite d’environ 20 à 25%", assure le chef des urgences de l’hôpital Bichat. "Ce n’est pas un médicament miracle, mais pour des patients dont l’état de santé se dégrade de manière rapide, cela permet de réduire le risque d’aller en réanimation."

Les médecins de Donald Trump lui ont également prescrit du zinc et de la vitamine D. "À ma connaissance, il n’y a pas de documentation sur l’intérêt de ces médicaments", réagit le Pr Casalino. "Certains articles scientifiques montrent tout de même que les patients ayant un déficit en zinc ou en vitamine D ont plus de complications." Pour autant, selon lui, il est encore prématuré de dire "que ces traitements améliorent la survie des malades". Pas plus que la mélatonine ou l’aspirine, également prescrits au candidat républicain à l’élection américaine. "Ces médicaments font partie du traitement des symptômes", analyse le chef des urgences de l’hôpital Bichat, et permettent de faire baisser la température, par exemple.

"Une polypharmacie peut être à l’origine de complications"

Malgré les propos rassurants des médecins américains, l’état de santé du milliardaire pose question. "Le fait que Donald Trump ait utilisé tous ces médicaments montre qu’il a au moins une forme modérée" de la maladie, juge Martin Blachier. "Peut-être a-t-il une forme proche de celle de Boris Johnson, mais en moins grave, puisque le Premier ministre britannique avait été placé en réanimation", en avril dernier.

Toute l'info sur

Donald Trump positif au Covid-19, la campagne bouleversée

Pour le Pr Casalino, la donne est toutefois différente. "Je trouve cela troublant", avoue-t-il. "Je pense qu’il y a de la communication dans ce qu’il a reçu. Quand un patient prend sept, dix ou douze médicaments, c’est qu’il y a quelque chose qui cloche." Il conseille à la population de ne pas l’imiter en se précipitant sur des traitements aussi lourds en cas de contamination. "Je veux dire aux Français qu’il ne faut surtout pas s’affoler et prendre tous les médicaments. Cette polypharmacie peut être à l’origine de complications, d’interactions médicamenteuses, d’aggravations des effets indésirables ou d’inactivation de certaines molécules..."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Emmanuel Macron annonce un reconfinement jusqu'au 1er décembre au moins

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

La France reconfinée : après les annonces d'Emmanuel Macron, suivez notre soirée spéciale sur LCI

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent