Rendre justice aux massacrés du Novotel d’Abidjan : ce que j’ai vu

Rendre justice aux massacrés du Novotel d’Abidjan : ce que j’ai vu
International

PROCES - En 2011 en pleine bataille entre les forces de Laurent Gbagbo et celles d’Alassane Ouattara, un commando issu des premières investit le Novotel d’Abidjan et capture 4 personnes, dont deux Français, qui seront torturées et achevées par balles 3 heures plus tard. Le procès de 10 individus impliqués se poursuit en ce moment dans une atmosphère favorable aux accusés et où l’établissement de faits pourtant indubitables peine à se réaliser. Michel Scott, journaliste à TF1 et présent dans l'hôtel à l'époque des faits, à témoigné à l'audience.

Est-ce un souci louable de pacification des esprits, la Côte d’Ivoire n’étant jamais loin d’une remontée de tension, à 3 ans d’une élection présidentielle qui pourrait offrir un espoir de revanche aux partisans de l’ancien président Gbagbo ? Un souci de pacification qui a abouti ce même jour à l’acquittement de Simone Gbagbo devant un autre tribunal ? La tenue du procès des assassins présumés du 4 avril 2011, dans un quartier acquis à la cause de l’ancien couple présidentiel, ne permet pas, en fait, une parfaite sérénité des débats.

Ayant été présent à l’époque sur le lieu de l’enlèvement, j’ai été appelé à témoigner cette semaine devant la Cour de Yopougon. Il en est ressorti à peu près l’inverse de ce que j’avais à dire à l’audience.

Il n’y avait pas de blindé français posté devant l’hôtel pour en assurer la garde

La Défense du général Dogbo Blé, ex-chef de la Garde Républicaine, et de ses co-accusés, prétend que l’armée française aurait levé son dispositif de sécurité autour de ce lieu de rassemblement des expatriés pour laisser un mystérieux commando inconnu attaquer l’établissement et procéder au rapt. Thèse absurde qui relève de la diffamation pure et simple, et qu’il est facile de démonter. C’est en l’occurrence l’un des éléments principaux de mon témoignage : il n’y avait pas de blindé français posté devant l’hôtel pour en assurer la garde. Ni avant, ni pendant, ni après l’attaque. Le quartier était entièrement sous la responsabilité des forces loyales au président sortant. Ces derniers portent la responsabilité de ce qui s’y est passé.

"J’ai très bien vu au contraire que le Novotel était sous la menace des soldats et milices loyalistes"

Or les compte-rendu faits par les quelques sites d’infos locaux de cette journée d’audience, résument mon intervention de la manière suivante : "Un journaliste français déclare n’avoir rien vu". Il y a de quoi tomber de sa chaise. Car j’ai très bien vu au contraire que le Novotel était sous la menace des soldats et milices loyalistes, qu’aucun sniper anti-Gbagbo n’était pourtant présent sur le toit de l’immeuble comme l’idée en est avancée pour justifier qu’une attaque ait pu avoir lieu, que les autorités françaises, averties par nos soins, ont immédiatement pris en compte l’alerte que nous avons lancée (et n’ont pas réagie 3 jours plus tard comme cela est résumé).

Surtout, j’ai insisté pour rendre hommage à Stéphane Frantz Di Rippel, le directeur du Novotel. Son attitude qui consiste à nier face aux assaillants la présence chez lui de journalistes alors que nous nous trouvons à l’étage supérieur est un réflexe salvateur qui se révèlera fatal pour lui. Voici un homme qui va au-delà de ce que lui commande sa fonction, au point de le payer de sa vie, pour protéger ceux dont il estime avoir la charge. Une attitude héroïque pour un homme d’honneur. Quel contraste avec quelques-uns de ceux qui se trouvent dans cette salle d’audience!

De mes propos, pas grand-chose apparemment n’a été pris en compte ce mardi 28 mars. Les quatre disparus, Yves Lambelin, Raoul Adeossi, Chelliah Pandian et Stephane Frantz Di Rippel donc, doivent se demander, de là où ils sont, par quel retournement de situation leurs assassins se retrouvent aussi prémunis, et ceux qui réclament justice en leurs noms aussi peu écoutés. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent