REPORTAGE - Afghanistan : sur la route entre le Pakistan et Jalalabad, sous le joug des talibans

REPORTAGE - Afghanistan : sur la route entre le Pakistan et Jalalabad, sous le joug des talibans

AFGHANISTAN – Le mouvement islamiste a dorénavant pris d’autres grandes villes que Kaboul sans avoir eu à combattre. Le 15 août dernier, Jalalabad, à la frontière pakistanaise, s’est rendue. À quoi ressemble la vie là-bas sous le joug des talibans ? Notre grand reporter Michel Scott s'est rendu sur place.

Une file interminable de camions qui cherchent à quitter l’Afghanistan de l’autre côté de la route. C’est la première image qui frappe en traversant la frontière du Pakistan. Seulement ici, il n’y a pas de mouvements de panique comme on a pu le voir à l’aéroport de Kaboul. Nos envoyés spéciaux se dirigent vers Jalalabad, la plus grande agglomération à l’est du pays. 

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Si la ville a été l’une des dernières à prêter allégeance aux talibans, le nouveau pouvoir y a imposé son autorité avec une étonnante facilité. "Vous voyez, ici, il y avait le drapeau national afghan. Maintenant, c’est celui de la religion. Nous aimons ces deux drapeaux", affirme un Afghan. "Ils sont ouverts avec nous. Ils ne nous forcent pas à porter la barbe par exemple, ça ne les gêne pas que je me rase", ajoute un autre. 

"Plus personne ne volera qui que ce soit"

Les talibans, nouveaux maîtres des lieux, contrôlent les abords de la mairie, fiers d’exhiber du matériel saisi à l’armée afghane. Selon eux, ils auraient apporté de grands changements majeurs à la population locale. "Avant, il y avait des crimes et de la délinquance. Maintenant, personne ne volera qui que ce soit", assure l'un des insurgés. 

Pour l'heure, les talibans autorisent les matchs de cricket, autrefois interdits sous leur joug dans le pays. Jalalabad, friande de ce jeu, n’est pas près d’abandonner son sport favori. "Tant qu’on nous dit que c’est possible, alors on peut assister à ces jeux", affirme un amateur. 

Lire aussi

Alors que l’entrée en fonction du premier gouvernement taliban est attendue dans les tout prochains jours, force est de constater qu'en dehors de Kaboul, dans les autres villes telles Jalalabad, tout est fait pour rassurer à la fois la population et les observateurs étrangers. Avec pour seul mot d’ordre : la sécurité d’abord.    

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

EN DIRECT - Covid-19 : 7980 personnes hospitalisées, dont 1571 en soins critiques

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.