République dominicaine : 8 ans de prison pour une Française

République dominicaine : 8 ans de prison pour une Française

International
DirectLCI
JUSTICE - Liana Guillon, mère de famille française, a été condamnée lundi en appel à 8 ans de prison ferme pour trafic de drogue en République dominicaine. Incarcérée depuis avril 2012, après avoir été arrêtée avec 11 kilos de cocaïne dans ses bagages, elle clame son innocence.

"Une immense tristesse". C'est avec ces mots pudiques que l'un des avocats de Liana Guillon a dépeint la réaction de la famille de cette Française de 41 ans condamnée à 8 ans de prison lundi. Incarcérée depuis avril 2012 en République dominicaine pour trafic de drogue, ses espoirs étaient grands de pouvoir enfin être libérée grâce à ce procès en appel, mais les chances très minces.

"Liana Guillon avait sacrifié près d'une année de sa liberté à 8500 kilomètres de ses enfants, pour pouvoir prouver son innocence, qui lui est une fois de plus refusée aujourd'hui", a regretté Me Philippe Valent. Cette peine, prononcée par la cour d'appel de Santiago, dans le nord du pays, est identique à celle émise en avril 2013 par la justice dominicaine, en première instance.

Une lune de miel qui tourne au cauchemar

Tout avait pourtant bien commencé. Cette mère de cinq enfants originaire de Pontoise (Val-d'Oise) était partie en République dominicaine pour y passer sa lune de miel. Mais le 29 avril 2012, jour de son retour en France, le tableau idyllique s'est soudain assombri. Elle est interpellée avec son mari et leur bébé à l'aéroport de Puerto Plata (dans le nord de l'île), alors qu'ils s'apprêtent à monter dans leur avion.

La cause de cette arrestation ? La découverte de 11 kilos de cocaïne dans leur bagage de cabine, selon les autorités locales. Le couple, qui dit avoir laissé ses bagages à l'hôtel dans une consigne non fermée et sans surveillance, nie les faits, affirmant avoir été "piégé" par des trafiquants. Le mari de Liana, Christophe Guillon, avait été remis en liberté par le tribunal de Puerto Plata à l'issue d'une audience préliminaire, le 8 octobre 2012.

Liana Guillon avait quant à elle été condamnée le 29 janvier 2013, à 8 ans de prison et la cour d'appel avait confirmé ce jugement le 18 avril. Mais cette décision avait ensuite été cassée par la cour suprême, en raison d'irrégularités dans la procédure. Lors de l'ultime audience le 27 janvier, le représentant du parquet avait toutefois écarté l'hypothèse d'une substitution de contenu, et demandé au tribunal de confirmer la condamnation de la quadragénaire. "En absence de toute enquête, en absence de tout élément de preuve", Liana Guillon "ne peut accepter" la décision rendue ce lundi, souligne Me Valent.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter