Élection américaine : Joe Biden vainqueur

Élection américaine : Joe Biden vainqueur

PRÉSIDENTIELLE - Joe Biden a remporté la course à la Maison-Blanche face à Donald Trump, ont annoncé ce samedi 7 novembre, les médias américains, mettant ainsi fin à un suspense qui aura duré 4 jours.

Ces quatre derniers jours ont été marqués par le suspense... et les menaces. Mais samedi, c'est Joe Biden qui a été donné vainqueur avec au minimum 273 grands électeurs, grâce à un succès dans l'État-clé de Pennsylvanie, selon les grands médias américains dont CNN et le New York Times. Il va devenir ainsi le 46e président des États-Unis.

Joe Biden, qui fut le fidèle vice-président de Barack Obama de 2009 à 2017, avait parié qu'une campagne modérée axée sur les travailleurs redonnerait aux démocrates les clés de la Maison-Blanche, et le pari a manifestement payé. L'expérimenté Biden (77 ans) a repris à Donald Trump trois États industriels qui avaient échappé à Hillary Clinton il y a quatre ans : le Michigan, le Wisconsin et la Pennsylvanie, "le cœur de cette nation", a-t-il dit vendredi soir. 

Toute l'info sur

L'Amérique se choisit Joe Biden et Kamala Harris

Il est temps que l'Amérique se rassemble- Joe Biden

"Je suis honoré et empli d'humilité par la confiance que les Américains m'ont fait ainsi qu'à la vice-présidente élue", a déclaré Joe Biden dans un communiqué.  "Avec la campagne terminée, il est temps de laisser derrière nous la colère et la rhétorique enflammée et nous rassembler en tant que nation", a-t-il ajouté. "Il est temps que l'Amérique se rassemble et panse ses plaies (...). Nous sommes les Etats-Unis d'Amérique. Il n'y a rien que nous ne puissions faire, si nous le faisons ensemble", a-t-il encore dit.

Au total, le démocrate a obtenu plus de 74 millions de voix, contre 70 millions pour Donald Trump. Ce "vote populaire" n'a pas de valeur dans le système électoral américain, mais il renforce, selon les démocrates, la légitimité politique du prochain président.

Trump pas prêt à céder

Une légitimité que n'est pas près de reconnaître le camp de Donald Trump. Le président sortant a fait savoir qu'en dépit de cette annonce, l'élection était "loin d'être terminée". Et son équipe juridique a assuré qu'elle ne lésinera pas sur les moyens juridiques pour tenter d'invalider les résultats dans plusieurs États. 

Néanmoins et quoi qu'en dise le camp Trump, la date de la passation de pouvoir est inscrite dans la Constitution : le 20 janvier à midi. D'ici là, les États certifieront leurs résultats, et les 538 grands électeurs se réuniront en décembre pour formellement désigner leur président. La transition va désormais rythmer une période au cours de laquelle chaque soubresaut de la société américaine, chaque tweet de Donald Trump, sera scruté pour y déceler le moindre signe d'apaisement... ou de colère.    

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Ski à l’étranger à Noël : Castex envisage des contrôles aléatoires et un "isolement de 7 jours"

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter