Sénégal : le président sortant Macky Sall revendique la victoire dès le 1er tour

International
ELECTIONS - Le premier tour des élections présidentielles se tenaient dimanche 24 janvier, au Sénégal. Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, le camp du chef de l'Etat sortant, Macky Sall, a revendiqué la victoire, pronostiquant "au moins 57% des suffrages". Une annonce contestée par l'opposition.

Macky Sall, 56 ans, chef de l'Etat sortant, serait vainqueur dès le premier tour. Dans la nuit de dimanche 24 au lundi 25 février, son camp a revendiqué sa victoire dès le premier tour de la présidentielle au Sénégal. Alors que les bulletins continuent d'être dépouillés, la coalition présidentielle, par la voix du Premier ministre Mahammed Dionne, se déclarait en mesure de revendiquer la victoire quelques heures après la fermeture des bureaux. Selon les premiers résultats parcellaires, égrenés par les médias locaux, Macky Sall, est en effet arrivé largement en tête dans de nombreux bureaux de vote. 

Un résultat contesté par l'opposition une heure plus tôt

Un résultat anticipé et contesté par avance par ses deux principaux rivaux : l'ancien Premier ministre Idrissa Seck, 59 ans, et le député "antisystème" et ex-inspecteur des impôts Ousmane Sonko, 44 ans, les seuls ayant rassemblé suffisamment d'électeurs pour être en mesure de se qualifier pour un éventuel second tour. S'exprimant moins d'une heure avant l'annonce du Premier ministre, lors d'une conférence de presse conjointe, les deux principaux rivaux de Macky Sall avaient mis en garde le pouvoir contre toute proclamation prématurée de victoire. 


"A ce stade, un deuxième tour s'annonce", a déclaré Idrissa Seck, candidat pour la troisième fois à l'élection présidentielle. A ses côtés, le député Ousmane Sonko s'est également exprimé : "Dans l'état actuel du dépouillement, aucun candidat, je dis bien aucun candidat, moi y compris, ne peut se proclamer vainqueur de l'élection présidentielle". Mais "les résultats compilés nous disent aujourd'hui qu'il nous faut féliciter le président Macky Sall pour sa réélection", a déclaré M. Dionne, créditant Macky Sall d'une victoire dans toutes les régions du pays, à une exception près, avec un résultat final d'"au moins 57%" des suffrages.


L'affluence a été forte dès l'ouverture des bureaux à Fatick (centre), où a voté Macky Sall, mais aussi à Thiès (ouest), où Idrissa Seck a accompli son devoir civique. Le scrutin s'est déroulé sans incident majeur, selon les différentes missions d'observation électorales, mais avant même la fermeture des bureaux, les camps d'Ousmane Sonko et d'Idrissa Seck ont dénoncé des "irrégularités". Les résultats officiels des commissions de recensement des votes doivent être publiés dans chaque département avant mardi à midi. Ils seront ensuite proclamés à l'échelle du pays par la Commission nationale de recensement, au plus tard vendredi à minuit.

Pas de second tour avant fin mars

Macky Sall, qui a martelé pendant la campagne sa conviction de l'emporter au premier tour, avait axé son programme sur la poursuite sur les cinq prochaines années de son "Plan Sénégal émergent". Il était confronté à une concurrence inhabituellement faible, avec seulement quatre opposants, notamment dû au nouveau système de parrainages, et surtout suite à des décisions judiciaires ayant éliminé des rivaux de poids. Les deux autres candidats de l'opposition, le président d'université privée Issa Sall, 63 ans, proche d'un mouvement religieux issu de la confrérie tidiane, et l'ex-ministre Madické Niang, 65 ans, apparaissaient déjà très nettement distancés avec les premiers résultats partiels. Compte tenu des délais légaux de proclamation mais aussi de possibles contestations et de la campagne, un éventuel second tour se tiendrait vraisemblablement le 24 mars, selon l'AFP.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter