Elections en Israël : Netanyahu bien placé pour effectuer un cinquième mandat

International
DUEL - Benyamin Netanyahu, et son principal rival Benny Gantz revendiquent tout deux une victoire "claire". Pour autant, le parti du Premier ministre semble en meilleure position pour réussir à obtenir une majorité.

"Bibi" semble sur le point de rempoter son pari. Selon les premiers résultats des élections, les listes de Benjamin Netanyahu et de son principal rival Benny Gantz sont au coude-à-coude, à tel point que les deux candidat ont revendiqué une victoire "claire" dans la soirée. Les deux sont crédités de 35 sièges, selon les projections en sièges établies à partir du dépouillement de la quasi totalité des bulletins. 


Mais le Premier ministre sortant pourrait réunir majorité potentielle de 65 ou 67 mandats sur les 120 de la prochaine Knesset. Benjamin Netanyahu est donné vainqueur des élections législatives par les projections des médias, qui le montrent mieux placé que son principal concurrent pour former une coalition de droite après comptage de 97% des votes. 


Ces données publiées par les grandes chaînes de télévision sont toutefois à prendre avec prudence, de tels sondages ayant été démentis par les résultats par le passé, lors des précédentes législatives de 2015 par exemple.

Indétrônable Netanyahu

"Le bloc de droite mené par le Likoud a remporté une victoire claire", a déclaré Benjamin Netanyahu dans un communiqué. Il a indiqué qu'il se mettrait le soir même à la constitution d'un gouvernement "avec nos partenaires naturels". "Nous avons gagné!", a entonné de son côté Benny Gantz, "ces élections ont un vainqueur clair et un perdant clair".


Quelque 6,3 millions d'électeurs étaient appelés mardi à élire les 120 députés du Parlement et à décider si l'indétrônable Benjamin Netanyahu poursuivrait son long règne ou si l'heure du changement était venue avec le novice en politique Benny Gantz. Avant de connaître l'identité du vainqueur, l'Organisation de libération de la Palestine a, elle, regretté que les Israéliens "aient dit non à la paix", constatant que "seuls 18 des 120 membres élus du [nouveau] Parlement israélien soutiennent la solution à deux Etats".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter