"Je ne concède rien" : Donald Trump mentionne la victoire de Joe Biden... et se rétracte

Le président américain a, pour la première fois, évoqué sa défaite et la victoire de Joe Biden dans un tweet qu'il a finalement supprimé. Les explications de Laurence Haïm.

ÉTATS-UNIS - Ce dimanche, le républicain a, pour la première fois, explicitement fait état de la victoire de Joe Biden. Avant de se rétracter et de partir jouer au golf.

Un début d'aveu avant de faire volte-face. Donald Trump s'est fendu d'un tweet ce dimanche dans lequel il a, pour la première fois, explicitement mentionné la victoire de Joe Biden, annoncée huit jours plus tôt. Avant d'assurer, bravache, qu'il ne "concédait rien".

"Il a gagné parce que l'Élection était truquée", a-t-il écrit dans la matinée sur Twitter en parlant de l'ancien vice-président de Barack Obama. Un tweet qui, certes, met une nouvelle fois en avant l'hypothèse de fraudes massives, qu'aucun élément concret ne vient accréditer, mais dont seuls les deux premiers mots - "He won" - ont retenu l'attention, car inédits depuis les résultats. 

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Voilà sans doute ce qui a poussé Donald Trump a rapidement revenir sur ses propos. "ÉLECTIONS TRUQUÉES ! NOUS GAGNERONS !", a écrit le républicain, ajoutant qu'"il n'a gagné qu'aux yeux des FAKE NEW MEDIA. Je ne concède RIEN. Il reste un long chemin à parcourir. C'était une élection truquée !" 

Il n'empêche : par petites touches, le dirigeant fait des pas vers la sortie. Vendredi, il avait pour la première fois évoqué, à demi-mots, la victoire de son adversaire démocrate en laissant entendre, avant de se reprendre, qu'il ne serait plus là après le 20 janvier pour gérer la crise du coronavirus.

Lire aussi

Combien de temps le président va-t-il appliquer cette stratégie belliqueuse ? Le résultat de tous les États ont désormais été annoncés par les grandes chaînes de télévision américaines. Joe Biden a remporté 306 grands électeurs, contre 232 au président sortant, soit le score inversé de la victoire du milliardaire républicain - qui avait alors parlé d'un "raz de marée" - face à Hillary Clinton en 2016. 

En outre, en l'absence d'éléments probants accréditant l'idée de fraudes électorales massives, la plupart des recours du camp Trump ont été rejetés par les tribunaux. Et plusieurs autorités électorales locales et nationales, dont l'agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), ont frontalement contredit le président sur ses accusations de fraude. 

"L'élection du 3 novembre a été la plus sûre de l'histoire des Etats-Unis", ont-elles affirmé dans un communiqué commun. "Il n'existe aucune preuve d'un système de vote ayant effacé, perdu ou changé des bulletins, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit."

Sur le même sujet

Lire et commenter