"Retrouver la Catalogne de tous" : à Barcelone, Mariano Rajoy joue la carte de l'apaisement

DirectLCI
ESPAGNE - Le chef du gouvernement espagnol, en visite en Catalogne pour la première fois depuis qu'il a placé la région sous tutelle, a appelé dimanche à "retrouver la Catalogne de tous", en invoquant la "majorité silencieuse". La veille, une manifestation monstre avait réuni 750.000 personnes à Barcelone afin de réclamer la libération des leaders indépendantistes.

Une visite symbolique, non sans arrière-pensées. En se rendant à Barcelone pour la première fois depuis le début de la crise catalane, Mariano Rajoy a joué la carte de la réconciliation, faisant part de sa volonté de "récupérer la Catalogne" par la "démocratie". Le Premier ministre a profité d'un meeting de sa formation, le Parti populaire (droite) en vue des élections régionales qu'il a convoquées pour le 21 décembre, pour s'adresser directement au peuple espagnol. "Je veux dire à toutes les entreprises qui travaillent ou ont travaillé ici de ne pas s'en aller", a déclaré le chef du gouvernement, alors que quelque 2.400 d'entre elles l'ont déjà fait depuis le référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre. 


"Je veux dire aussi à tous les Espagnols de ne pas arrêter d'acheter et de consommer des produits catalans", a-t-il poursuivi, face aux appels au boycott qui ont été lancés après ce référendum.

"Nous voulons récupérer la Catalogne de tous"

Preuve de sa volonté de tendre la main aux indépendantistes, Mariano Rajoy a multiplié les compliments. "Nous voulons récupérer la Catalogne de tous, démocratique et libre", a-t-il dit. "Nous voulons récupérer la Catalogne sensée (...), entreprenante, dynamique, accueillante et ouverte, sûre et fiable", a-t-il ajouté, soulignant que "la Catalogne est l'Espagne et l'Espagne est la Catalogne".

Mariano Rajoy s'exprimait au lendemain d'une gigantesque manifestation à Barcelone réclamant la libération d'une dizaine de dirigeants séparatistes, le noyau dur du mouvement, incarcérés dans des enquêtes pour "rébellion" et "sédition". Selon la police municipale, 750.000 personnes y ont participé, démontrant que les mouvements indépendantistes ont encore une grande capacité de mobilisation.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter