Réunion de famille pour le Megxit : les personnages à la table des négociations

Réunion de famille pour le Megxit : les personnages à la table des négociations

MEGXIT - Une réunion d'urgence se tient lundi 13 janvier au château de Sandringham, la résidence de la reine Elizabeth II dans l'est de l'Angleterre, pour décider du futur statut du couple Harry et Meghan, qui souhaite l'indépendance financière tout en conservant leurs titres royaux.

Une réunion de famille pas comme les autres se tient ce lundi à Sandringham, la résidence de la reine Elizabeth II dans l'est de l'Angleterre. A l'ordre du jour : la résolution du "Megxit", ce désir d'indépendance du prince Harry et de Meghan. Quels membres de la famille royale seront là et comment se placent-ils dans le débat ?

Toute l'info sur

#Megxit

Le prince Harry sera là, avec Meghan au téléphone

Le prince Harry et Meghan

Il sera bien sûr présent. Fils du prince Charles et de Lady Di, Harry, 35 ans, sixième dans l'ordre de sa succession au trône... et au cœur de cette crise familiale sans précédent. Depuis que sa femme, l'actrice américaine Meghan Markle, et lui ont annoncé vouloir gagner leur "indépendance financière" et vivre une partie de l'année en Amérique du Nord, la famille royale est en ébullition. Bien qu'ils ne veuillent pas tout à fait tourner le dos à la monarchie - et ainsi garder leurs titres et l'usage du cottage qu'ils occupent sur les terres du château de Windsor - Harry et Meghan comptent renoncer à leur part de l'allocation royale, qui ne représente que 5% de leurs revenus mais n'en resterait pas moins symbolique.

Ils souhaitent se consacrer à leur nouvelle association caritative et comptent sur leur célébrité internationale pour gagner de l'argent. Mais peuvent-ils travailler tout en exerçant un rôle dans la famille royale sans créer des conflits d'intérêts ? A quelle hauteur la famille royale continuera-t-elle de les financer ? Ce sont les questions auxquelles devront répondre les autres protagonistes de cette réunion au sommet. Meghan, quant à elle, doit participer aux pourparlers par téléphone, depuis le Canada.

Lire aussi

La reine et les princes, entre réputation et esprit de famille

La reine Elizabeth II

Cheffe d'Etat, la souveraine de 93 ans a surmonté bien des crises en près de sept décennies de règne. Le Megxit ne pourra notamment pas égaler l'"annus horribilis" de 1992, qui avait vu les couples de trois de ses enfants exploser et le château de Windsor brûler. Mais l'épisode ravive le souvenir de l'abdication, en 1936, du roi Edouard VIII pour épouser Wallis Simpson, une Américaine divorcée, comme Meghan. Pour rappel : il avait fini sa vie en exil à Paris.

Bien qu'"attristée" par la situation selon les médias britanniques, la monarque va tout faire pour que la tempête que traverse sa famille fasse le moins de dégâts possibles. En outre,  elle souhaite régler rapidement la "situation Sussex". Après avoir été prise de court : son petit-fils ne l'avait pas prévenu de son annonce en forme coup de tonnerre pour la monarchie.

Le prince Charles

De retour d'Oman, l'héritier du trône, 71 ans, n'a pas non plus été consulté avant l'annonce de son fils, ce qui l'a visiblement rendu furieux. Partisan d'une famille royale resserrée autour des héritiers directs du trône, il est coincé entre son souhait de préserver la monarchie et celui de protéger son fils. L'avenir financier de Harry et Meghan dépend pour l'instant en majeure partie de lui : il leur alloue 95% de leurs revenus en prenant sur ses propres ressources.

Le prince William

Deuxième dans l'ordre de succession au trône, le prince William, 37 ans, était très proche de son frère Harry après le décès de leur mère mais leurs liens se sont distendus, d'après des interviews datant d'octobre dernier. Le couple Sussex avait alors pris ses distances en déménageant du palais de Kensington, à Londres, où ils vivaient avec le prince William et sa femme Kate, pour s'installer dans un cottage sur les terres du château de Windsor. Harry et Meghan ont aussi rompu avec la fondation où les deux couples œuvraient ensemble.

Avec Kate et leurs trois enfants, cousins du petit Archie, William s'est vraisemblablement vu confier la tâche de renouer les liens avec son cadet. Premier pas dans ce sens : les deux frères ont pris l'initiative inhabituelle d'un communiqué commun pour dénoncer une "fake news" sur leurs relations dégradées, publiée dans un journal britannique.

Lire aussi

Outre les membres de la famille royale, certains de leurs secrétaires privés, dont d'anciens diplomates, sont impliqués dans les pourparlers censés déterminer les contours du statut inédit voulu par le duc et la duchesse de Sussex.

Toujours selon la presse britannique, s'ils n'obtenaient pas satisfaction, Harry et Meghan pourraient donner une interview télévisée dans la soirée, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour la réputation royale. De quoi rappeler celle donnée par Lady Di en 1995, dans laquelle elle s'épanchait sur les difficultés de sa vie au sein de la "firme", surnom de la famille royale. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Election US : Trump appelle ses partisans à "inverser" le résultat, Biden lui répond

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Papy et mamie dans la cuisine" à Noël : torrent d'indignation après le conseil du Pr Salomon

EN DIRECT - Mort de Maradona : une veillée funèbre au palais présidentiel argentin

Lire et commenter