Ce que l'on sait de l'arrestation de deux chercheurs français détenus en Iran

International

DIPLOMATIE - L'arrestation de Roland Marchal a été gardée secrète jusqu'à ce mercredi 16 octobre. Le chercheur français, spécialiste de la corne de l'Afrique, a été arrêté au mois de juin dernier en Iran, en même temps que sa collègue Fariba Adelkhah.

Son arrestation était connue des milieux universitaires mais le quai d'Orsay l'a confirmé ce mercredi : le chercheur français Roland Marchal est détenu en Iran depuis le mois de juin dernier. Spécialiste de la corne de l'Afrique, il a été arrêté en même temps que sa collègue Fariba Adelkhah, anthropologue spécialiste de l’islam chiite, elle aussi chercheuse au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris. Son arrestation avait été confirmée le 16 juillet dernier par l'Iran.

Lire aussi

Selon Béatrice Hibou, membre du Fonds d'analyse des sociétés politiques (Fasopo) auquel appartenaient les deux chercheurs, Roland Marchal rejoignait Fariba Adelkhah en Iran. Ils étaient "très proches", a-t-elle déclare au Parisien et avaient rédigé ensemble plusieurs ouvrages dont Dubaï : Cité globale. 

Dans une biographie transmise par le Fasopo, celui qui aurait été arrêté à sa descente de l'avion est décrit par des collègues comme un "homme de terrain, chercheur infatigable, méticuleux et exigeant". "C'est quelqu'un d'extrêmement droit et intègre", ajoute Béatrice Hibou auprès du Parisien

Une situation "inacceptable"

Les autorités françaises n'avaient pas tout de suite souhaité révéler l'arrestation de Roland Marchal, espérant régler ce dossier de façon diplomatique. Elles ont dû confirmer cette information ce mercredi, sortie dans la presse mardi soir. Dans un communiqué envoyé en début d'après-midi, le ministère des Affaires étrangères demande aux autorités iraniennes de se monter "transparentes dans ce dossier, et agissent sans délai pour mettre fin à cette situation inacceptable". Il dit être "pleinement mobilisé" pour la libération des deux chercheurs. 

Le quai d'Orsay assure que "comme pour Mme Fariba Adelkhah, dès que nous avons été informés de sa situation, nous nous sommes mobilisés pour obtenir sa libération". "Nous avons eu l'occasion d'exprimer notre ferme condamnation", ajoute le ministère, qui précise que la protection consulaire a pu être exercée et que le consul de France à Téhéran a pu rendre visite au chercheur "à plusieurs reprises" et qu'il "bénéficie de l'assistance d'un avocat". Roland Marchal bénéficie de conditions de détention différentes de Fariba Adelkhah. Cette dernière étant franco-iranienne et l'Iran ne reconnaissant pas la double nationalité, elle ne peut ainsi pas recevoir la visite de diplomates français.

Cette révélation intervient alors qu'a été arrêté dans des circonstances mystérieuses l'opposant iranien Rouhollah Zam, vivant en France où le statut de réfugié lui avait été accordé. Son arrestation a été annoncée lundi par les Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique de la République islamique, le qualifiant de "contre-révolutionnaire dirigé par le gouvernement français". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter