Les électeurs roumains boycottent le référendum anti-mariage gay

Les électeurs roumains boycottent le référendum anti-mariage gay

International
DirectLCI
ABSTENTION - Le référendum visant à pérenniser l'interdiction du mariage homosexuel en Roumanie a échoué dimanche. Seuls 20,41% des électeurs se sont mobilisés en deux jours de vote, alors qu'un seuil de 30% de participation était nécessaire pour valider le scrutin.

L'abstention a eu raison du référendum anti-mariage gay en Roumanie. Le gouvernement social-démocrate a échoué à pérenniser par référendum l'interdiction du mariage pour les couples homosexuels dans le pays. Alors qu'une participation de 30% était nécessaire pour valider le scrutin, qui s'est tenu samedi et dimanche, seuls 20,41% des électeurs se sont rendus aux urnes. 


Les électeurs étaient appelés à inscrire dans la loi fondamentale que seuls "un homme et une femme" peuvent s'unir et non plus des "époux", comme stipulé actuellement, les Roumains sont restés chez eux. Indifférence ou défiance ? La campagne a en tout cas été marquée par de nombreux propos hostiles aux homosexuels, décrits comme des "voleurs d'enfants", des "pédophiles" ou des "malades mentaux". Sur le fond, l'échec du référendum ne change rien, car la législation roumaine n'autorise ni le mariage entre personnes de même sexe, ni l'union civile. Une modification constitutionnelle aurait cependant verrouillé davantage cette interdiction.

Le patriarche de la puissante Eglise orthodoxe, Daniel, avait soutenu le référendum et évoqué "un acte de bienfaisance pour la famille et pour le peuple". Les opposants, dont certains chrétiens, dénonçaient quant à eux "un énorme mensonge et un gaspillage d'argent". Contrairement aux autres partis qui se réclament de la social-démocratie en Europe, le parti social-démocrate (PSD) roumain a misé sur la défense de la "famille traditionnelle", avec le soutien actif de l'Eglise orthodoxe. Empêtré de plusieurs affaires de corruption, le PSD roumain a fait face pendant l'été à des manifestations d'ampleur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter