Roundup : 48 eurodéputés font analyser leur urine

International

SANTE - Près de 50 députés européens ont fait analyser leur urine pour prouver que l'imprégnation du glyphosate, molécule du Roundup de Monsanto réputée cancérigène, ne touche pas seulement la population. Ils présentent tous des taux de glyphosate supérieurs au seuil légal toléré.

Du Roundup dans l’urine des eurodéputés. 48 parlementaires européens, de treize nationalités et de diverses couleurs politiques, ont fait analyser leur urine pour mesurer la présence de glyphosate, molécule de l'herbicide Roundup, produit par la société Monsanto, soupçonnée d'être cancérigène. Les résultats, publiés le 12 mai, sont sans appel. 

Des taux 17 fois supérieurs au seuil légal

Tous les parlementaires présentent une teneur détectable de glyphosate dans leur urine, révèle Le Monde  ce vendredi. La moyenne des taux relevés est 17 fois supérieure au seuil légal toléré dans l’eau potable. Pour certains, le taux est même 35 fois supérieur à ce seuil. Chez les sept députés français qui se sont prêtés au test, la teneur moyenne de glyphosate est 20 fois supérieure au seuil légal.

"Les résultats de ces analyses ne sont pas représentatifs de la population générale, précise le porte-parole de l’eurodéputé belge Marc Tarabella, à l’origine de cette initiative. Mais ils sont parfaitement cohérents avec les résultats d’autres enquêtes", ajoute-il auprès du Monde.

EN SAVOIR + >> Interdiction du Roundup : quels sont les dangers pour la santé ?  

Vers une réautorisation du produit en Europe ?

Les 48 parlementaires européens espèrent, avec ce coup de communication, peser dans le débat parlementaire sur la réintroduction du Roundup en Europe, avant un vote prévu les 18 et 19 mai. En avril, le Parlement européen a déjà voté une résolution non contraignante demandant des restrictions d’usage de cette substance et la limitation de sa ré-autorisation à sept ans. Bruxelles pourrait proposer  cette fois sa réautorisation pour dix ans .

Pour l’heure, il est difficile d’évaluer les effets d’une telle exposition au glyphosate. Mais la toxicité du glyphosate fait polémique : elle a été classée "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer, tandis que des experts européens ont jugé "improbable" son potentiel cancérogène.

A LIRE AUSSI 
>>
Organyc rappelle des protège-slips contenant du Roundup
>>
Les pesticides favoriseraient l'autisme
>>
Virus Zika : les malformations pourraient venir d'un insecticide Monsanto >> L'agriculteur qui fait plier Monsanto

Bonus : un lobbyiste pro-Monsanto refuse d'en boire un verre

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter