Royaume-Uni : décédée d'un cancer, une ado cryogénisée dans l'espoir d'être réveillée dans le futur

DirectLCI
AVENIR – La justice britannique a autorisé une jeune fille de 14 ans, décédée d’une forme rare de cancer, à être cryogénisée. Dans une lettre bouleversante adressée à la cour avant sa mort, l’adolescente faisait part de son espoir d’être ressuscitée et soignée dans le futur grâce aux possibles progrès de la médecine.

C’est une décision sans précédent. La Haute Cour de Justice britannique, l'une des judirictions supérieures du Royaume-Uni, a autorisé en octobre une jeune fille de 14 ans, atteinte d’une forme rare de cancer et décédée depuis, à être cryogénisée dans un centre spécial aux Etats-Unis, rapporte notamment The Independent. L’adolescente, dont l’identité n’a été révélée que par ses initiales, JS, avait écrit une lettre bouleversante avant son décès aux juges pour faire part de sa requête et de son espoir d’être ressuscitée et soignée dans le futur grâce aux possibles progrès de la médecine.


"On m’a demandé d’expliquer pourquoi je veux que cette chose inhabituelle soit faite", expliquait alors JS. "Je n’ai que 14 ans et je ne veux pas mourir, mais je sais que ça va arriver. Je pense qu’être cryo-conservée me laissera une chance d’être soignée et réveillée, même dans des centaines d’années. Je ne veux pas être enterrée. Je veux vivre, vivre plus longtemps, et je pense que dans le futur, il se pourrait qu’un remède soit trouvé pour mon cancer. Je veux avoir cette chance. C'est mon souhait." 

Plus de 43.000 euros déboursés pour l’opération

Un souhait que la justice a donc choisi de réaliser. A la suite de la décision, décrite par le juge Peter Jackson en charge du dossier comme étant "exceptionnel", le corps de l’adolescente a été préparé pour sa conservation et transporté de Londres, où elle vivait avec sa mère, jusqu’aux Etats-Unis. C’est là qu’il a été congelé "à perpétuité" par une entreprise spécialisée. Cette opération a coûté quelque 37.000 livres (plus de 43.000 euros). 

J'ai été ému par la vaillance avec laquelle elle a fait face à cette situation difficileLe juge Peter Jackson, en charge de ce dossier sensible

"J'ai été ému par la vaillance avec laquelle elle a fait face à cette situation difficile", indique  le magistrat, soulignant qu’il s’était rendu en personne au chevet de JS peu avant son décès. "Il n'est pas surprenant que cette demande soit la seule qui ait été présentée devant les tribunaux de ce pays et probablement ailleurs. C'est un exemple des nouvelles questions que la science pose au droit, et peut-être tout particulièrement au droit de la famille."


"La théorie scientifique de la cryogénisation reste spéculative et controversée, il y a un débat considérable à avoir sur ses implications éthiques", poursuit Peter Jackson. "Mais d’un autre côté, la cryo-conservation est maintenant un processus bien connu par certaines branches de la médecine, comme la préservation des spermatozoïdes ou des embryons par exemple." 

Séparés, les parents de l’adolescente ont fini par se mettre d’accord

L’affaire, gardée secrète jusqu’alors pour éviter tout stress à la jeune fille, s’est retrouvée devant la justice car les parents de l’adolescente n’étaient pas d’accord sur ce qui devait advenir de son corps. Si sa mère – désignée comme seule personne habilitée à pourvoir prendre des décisions – la soutenait, le père avait émis des réserves sur le bien-fondé de l’opération. "Même si le traitement fonctionnait et qu'elle était ramenée à la vie d'ici 200 ans, il se pourrait qu'elle ne retrouve aucun proche, qu'elle ne se rappelle pas de certaines choses et se retrouve dans une situation désespérée", faisait-il valoir. 


Mais il a fini par changer d’avis alors que le cas de JS passait devant le tribunal. "Je respecte la décision prise par ma fille. C’est la seule et dernière chose qu’elle m’avait demandé." Une volte-face que le juge Peter Jackson dit comprendre : "Jamais aucun parent n’avait été mis dans cette position."   

En vidéo

La cryothérapie : le soin par le froid extrême fait ses preuves

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter