Royaume-Uni : les montres interdites d'examen à l'université

Royaume-Uni : les montres interdites d'examen à l'université

DirectLCI
TRICHE HIGH-TECH – Plusieurs universités britanniques ont décidé de demander à leurs étudiants d'enlever leur montre lorsqu'ils passent un examen. Le but ? Eviter que certains n'utilisent des montres connectées pour tricher.

C'est ce qui s'appelle prendre les devant. Plusieurs universités britanniques ont interdit à leurs étudiants de passer un examen une montre au poignet, rapporte Buzzfeed. Bien que leur nombre soit encore confidentiel, les montres connectées sont en effet de plus en présentes sur le marché. De quoi permettre aux étudiants d'avoir accès à des antisèches ou recevoir des messages grâce à ces mini-ordinateurs au poignet.

L'une des montres connectées, l' Apple Watch , pourrait faire décoller le marché lors de son lancement en avril prochain selon des responsables de l'université de Londres. Ces derniers ont noté que l'arrivée de ces gadgets pourraient être "un problème dans les salles d'examen à partir de 2015". L'université de Londres a donc pris des mesures radicales pour s'adapter à la situation : bannir toutes les montres. Les professeurs pourraient en effet connaître des difficultés à différencier une montre classique d'une montre connectée.

Des horloges murales rajoutées

L'université de Londres n'est pas pionnière en la matière. "Nous avons fait une recherche sur le sujet à l'automne 2014 et avons appris qu'un certain nombre d'universités ont pris des mesures similaires", a expliqué l'administration  Buzzfeed. Les étudiants devaient déjà placer leurs téléphones portables dans des sacs en plastique sous leur bureau. La même procédure a du coup été adoptée pour les montres.

En contrepartie, l'université a augmenté le nombre d'horloges murales dans les salles d'examen et a acheté des petites horloges de bureau, qu'elle fournit aux étudiants qui en font la demande. Selon l'université, les étudiants n'ont rien trouvé de scandaleux à ces nouvelles mesures.

LIRE AUSSI >> Deux milliards d'objets connectés vendus en France d'ici 2020
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter