Royaume-Uni : plus de 11.000 euros d'amende pour avoir organisé une fête sous chapiteau

Royaume-Uni : plus de 11.000 euros d'amende pour avoir organisé une fête sous chapiteau

SENS DE LA FÊTE - La police a mis fin à une fête organisée à côté d'une discothèque de Birmingham et rassemblant ce samedi 17 octobre 120 personnes venues danser sous un chapiteau, sans masque ni respect des gestes barrières. Imposant aux organisateurs la somme de 10.000£ (soit plus de 11.000 euros).

Ils ont payé le prix cher pour avoir organisé une fête. La discothèque Lab 1 à Birmingham (Grande-Bretagne) avait installé un immense chapiteau samedi 17 octobre dans Trent Street, dans le quartier de Digbeth, accueillant environ 120 personnes pour boire et danser. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Les agents de la police sont alors intervenus, interrompant la partie. Une vidéo, qu'ils ont filmée, montre ce qui s'est passé, et prouve que le chapiteau ne permet pas la moindre aération et par ailleurs que les fêtards ne portent pas de masques.

Les organisateurs se sont défendus auprès des agents, affirmant que l'événement se tenait bel et bien à l'extérieur en dépit d'un toit et des parois du chapiteau. Seulement, comme le rappelle la police et c'est le cas actuellement dans une grande partie des West Midlands, il est proscrit aux habitants de Birmingham de se réunir en groupes de plus de six. 

Lire aussi

Couvre-feu national

A cela s'ajoute un couvre-feu national : face à la résurgence du nouveau coronavirus, le Premier ministre britannique Boris Johnson avait annoncé fin septembre un couvre-feu à partir de 22h pour les pubs d’Angleterre, tout comme les bars et restaurants. Donc interdiction de faire la fête, hélas, pour le moment à Birmingham...

Au final, les organisateurs ont écopé de la somme de 10000£ et c'est la quatrième sanction de la sorte infligée à des organisateurs de soirée illégale selon la police. "Le lieu a tenté de faire valoir qu'il s'agissait d'un événement en plein air, mais il y avait des murs et un toit, donc c'était essentiellement un bâtiment et ne tombait pas dans la même catégorie qu'un café en plein air", explique par ailleurs le sergent Nick Giess de la police de Birmingham. "Les gens étaient autorisés à se déplacer librement sans masque et à danser sur de la musique très forte - tout cela va à l'encontre des règles qui ont été mises en place pour empêcher la propagation du virus." 

"Les gens ne devraient pas penser que nous essayons d'arrêter le plaisir des gens, poursuit le sergent. C'est le contraire - nous essayons de protéger les gens et de limiter la propagation du virus afin que les restrictions puissent, espérons-le, être assouplies."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter