Quarantaine obligatoire (et payante) : la galère de ressortissants britanniques bloqués à l'étranger

Quarantaine obligatoire (et payante) : la galère de ressortissants britanniques bloqués à l'étranger

ROYAUME-UNI - À la charge du voyageur dans certains cas, la période d'isolement imposée par les autorités britanniques engendre déjà des complications...

Mardi, le gouvernement britannique a annoncé par l’intermédiaire du secrétaire d’État à la Santé Matt Hancock de nouvelles règles concernant l’entrée sur le territoire anglais, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et l’apparition de nouveaux variants. Ces restrictions visent notamment 33 pays jugés à haut risque auxquels le Royaume-Uni a décidé de fermer ses frontières à partir de lundi prochain, parmi lesquels l'Afrique du Sud, le Portugal ou encore l'ensemble de l'Amérique du Sud. 

Pas concernés et donc autorisés à rentrer, les résidents britanniques et les Irlandais devront, eux, consentir à de gros efforts financiers. Et pour cause : ils devront observer une période de quarantaine à l’hôtel, à leur charge, pour une période de dix jours, dans un établissement sous surveillance, choisi par les autorités. Un "séjour" facturé 1750 livres, environ 2000 euros, qui engendre d'ores et déjà des difficultés pour certains ressortissants, rapporte le Guardian.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Impossible de payer cette somme"

Le journal cite notamment Maria, originaire du Chili, en visite chez sa famille mi-janvier et dans l'incapacité de financer ces frais d’isolement. "Pour moi, c'est impossible de payer cette somme. Il n'y a aucun moyen de le faire", déplore-t-elle. "Je pense qu'il est absolument nécessaire d’être placé en quarantaine et cela ne me dérangerait pas du tout de le faire là-bas", explique-t-elle encore, faisant référence à son lieu de résidence, Bristol. "Mais je suis étudiante et il n'y a aucune chance que nous puissions payer..."

Steven Fleck et sa famille, eux, sont bloqués à Fuerteventura, aux Canaries, depuis mi-janvier et la mise en place du troisième confinement au Royaume-Uni. Aucun avion ne leur a pour l'heure permis de rentrer. "Le vol le plus récent du 2 mars vient d'être annulé. Le prochain - nous croisons les doigts- est le 6 mars" espère-t-il. Ce voyage prolongé qui a engendré un coût important, que Steven estime à 5700 euros, entre l’hébergement à l’hôtel et la nourriture.

Lire aussi

Pour les récalcitrants et ceux cherchant à contourner les mesures mises en place, la note pourrait s’alourdir fortement. Les contrevenants encourent en effet des amendes allant de 1000 livres (1100 euros) en cas de tests négatif maquant à 10.000 livres (11.400 euros) pour un refus de mise en quarantaine. En cas de mensonge sur le formulaire d’entrée, les voyegeurs risquent même une peine maximale de dix ans de prison.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

EN DIRECT - PSG-Leipzig : bousculé, le PSG s'en sort grâce à Mbappé et Messi

"Ma femme est sénégalaise, je n’ai pas de leçons à recevoir" : l’humoriste Philippe Chevallier défend son vote pour Marine Le Pen

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

EN DIRECT - Covid : près de 6.000 nouveaux cas positifs en 24H

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.