Sky News et la BBC critiquées pour leur direct avec des migrants en pleine traversée de la Manche

Capture d'écran du direct de la journaliste Ali Fortescue interrogeant des migrants en pleine traversée de la Manche, pour Sky News, ce mardi 11 août
International

POLÉMIQUE - Lundi et mardi, deux chaînes britanniques ont diffusé en direct des images de leur journaliste interrogeant des migrants réalisant la dangereuse traversée de la Manche. Des pratiques qualifiées "d'obscènes" par une partie de la population.

Ils voulaient raconter la situation en mer. Ils sont finalement accusés de faire de la "télé-réalité grotesque". Pour illustrer la multiplication massive des traversées migratoires clandestines entre les côtes françaises et anglaises, les chaînes BBC et Sky News ont toutes les deux eu l'idée d'envoyer des journalistes dans les eaux anglaises afin de partir à la rencontre de ces embarcations de fortunes. Mais les séquences, diffusées le lundi 10 août et le lendemain, dans lesquelles les reporters alpaguent les migrants alors qu'ils sont en train de risquer leur vie, ont provoqué un tollé dans le pays. 

Micro tendu vers les migrants

Car de fait, les réfugiés sont de plus en plus nombreux à risquer leur vie en réalisant cette traversée. Jeudi 6 août, au moins 235 d'entre eux ont été interceptés entre les deux pays, établissant un nouveau record journalier, une semaine seulement après le précédent. C'est pourquoi il n'a pas été compliqué pour le journaliste Simon Jones de rapidement trouver une embarcation. Face caméra et en plein direct, il décrit peu avant 7h du matin aux téléspectateurs de la BBC une mer "très agitée". 

Devant une embarcation chahutée par des eaux animées où se trouve une vingtaine d'individus, il fait savoir que les personnes à bord "essayent en ce moment même de faire sortir de l'eau du bateau" en utilisant "un récipient en plastique pour essayer de renflouer le bateau". "Donc, évidemment, l'embarcation est surchargée. Même s'ils portent des gilets de sauvetage, c'est assez dangereux." Le bateau sur lequel se trouve l'équipe de la chaîne s'approche ensuite. Du haut de son navire, le journaliste tend le micro au-dessus des flots pour questionner les migrants. "Est-ce-que ça va ?" demande-t-il, avant de s'enquérir de l'origine et la destination des hommes à bord. Après avoir vérifié que les passagers étaient en sécurité, il reste à proximité du bateau jusqu'à ce que ses occupants soient pris en charge par des garde-côtes anglais. 

Une séquence reproduite par Sky News le lendemain, qui a diffusé en direct de la Manche sa tentative d'interview de migrants. On voit la journaliste voguer à proximité d'un petit canot pneumatique où est entassée une dizaine de personnes. "C'est troublant d'être aussi près", commente Ali Fortescue à mesure que le bateau sur lequel se trouve l'équipe de télé se rapproche du bateau. Une fois à la hauteur des hommes, elle fait un salut de la main avant de demander s'ils vont bien, accompagnant sa question d'un pouce levé. Alors qu'une homme crie "s'il vous plaît pas de caméra", la journaliste se penche par-dessus bord, tentant tant bien que mal de saisir une réponse de ses interlocuteurs. 

Des images "obscènes"

Deux séquences largement condamnées sur les réseaux sociaux. Qualifiant ces images de "répugnantes" ou "obscènes", de nombreux internautes se posent la question de l'intérêt journalistique de cette démarche, qui se rapproche plus du "voyeurisme". Les représentants politiques de l'opposition ont eux aussi réagi. La députée travailliste Zarah Sultana a par exemple estimé qu'il fallait "s'assurer que les gens ne se noient pas en traversant la Manche" et non pas les filmer "comme s'il s'agissait d'une émission de télé-réalité grotesque". 

Des critiques auxquelles les chaînes ont rapidement répondu. Un porte-parole de la BBC a ainsi plaidé que ce reportage était "une illustration frappante des risques importants que certaines personnes sont prêtes à prendre pour atteindre le Royaume-Uni", considérant le sujet comme "capital". "Nous nous efforçons toujours de couvrir l'histoire avec sensibilité", a-t-il assuré. Du côté de Sky News, on estime aussi que cette couverture des événements était "responsable et humaine". Un porte-parole cité dans plusieurs médias a notamment parlé d'un reportage "majeur suite à l'idée du gouvernement de formuler une réponse militaire". Selon plusieurs médias britanniques, le gouvernement envisage en effet de faire intervenir l'armée pour gérer l'afflux de migrants, après que la ministre de l'Intérieur a qualifié de "honteux" le nombre de personnes arrivant dans le pays en passant par les eaux. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent