Royaume-Uni : un zoo perd sa licence après la mort de près de 500 animaux en à peine 4 ans

Royaume-Uni : un zoo perd sa licence après la mort de près de 500 animaux en à peine 4 ans

SO SHOCKING - Le South Lakes Safari Zoo, situé dans le nord-ouest de l’Angleterre, s'est vu refuser ce lundi le renouvellement de sa licence d'exploitation. En cause, de multiples fautes et négligences qui ont contribué à la mort de 486 animaux et d'une employée en quatre ans.

C'est un rapport accablant qu'ont rendu les enquêteurs mandatés par le gouvernement britannique. Comme le raconte The Telegraph, le "South Lakes Safari Zoo", situé dans le nord-ouest de l'Angleterre, a perdu entre janvier 2013 et septembre 2016  486 animaux. Résultat, ce lundi, le comité local de réglementation des licences a voté "à l'unanimité" contre le renouvellement de l'autorisation de fonctionner du zoo.  

Il faut dire que les manquements pointés du doigt sont nombreux. "Les conditions dans lesquelles ces animaux sont tenus en captivité sont franchement choquantes et ont directement conduit à la mort de nombre d'entre eux", affirme ainsi le rapport, citant pêle-mêle mauvais soins vétérinaires, manque d'hygiène ou encore régimes alimentaires inadaptés.

Six lionceaux en "bonne santé" euthanasiés

Pour les enquêteurs, la responsabilité de ces décès revient au propriétaire de l'établissement, David Gill. Ils recommandent d'ailleurs qu'il soit poursuivi devant la justice. Le document évoque ainsi les cas d'un kangourou roux mort à la suite d'un 

traumatisme crânien,  et de six lionceaux en "bonne santé" euthanasiés parce que le zoo ne disposait pas de la place suffisante pour les accueillir.

   

Parmi les autres décès répertoriés figurent celui d'une tortue à éperons d'Afrique, électrocutée par une clôture électrique, ou d'une tortue léopard, morte de froid. Interrogés par les inspecteurs, les gardiens ont raconté avoir reçu pour instruction de se débarrasser des cadavres et de n'en parler à personne.

Une employée du zoo tuée par un tigre

L'enquête a aussi souligné les manquements du propriétaire concernant le personnel. Ainsi, une employée a été tuée en 2013 par un tigre de Sumatra. Le zoo avait été condamné en 2016 au versement d'une amende de 255.000 livres (295.000 euros).

Le propriétaire a désormais 28 jours pour faire appel du refus du renouvellement de sa licence, sans quoi l'établissement devra fermer. Mais comme l'ont rédigé les enquêteurs dans leur rapport : "Les critères de gestion de David Gill sont bien en deçà de ceux requis pour un zoo moderne, et il est peu probable qu’il les remplisse à l’avenir".

Lire aussi

En vidéo

Dans le zoo de Mulhouse, un ourson polaire rejoint ses congénères

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Confinement dans le Pas-de-Calais, nouveaux départements sous vigilance... Ce que devrait annoncer Jean Castex ce jeudi

EN DIRECT - Covid-19 : une "opération coup de poing" à Nice ce week-end avec 12.000 vaccinations

Restaurants : les solutions envisagées pour les rouvrir

Allocations Pôle Emploi : trois cas pour comprendre le nouveau calcul

"Surveillance renforcée" : ces nouveaux départements qui pourraient basculer ce soir

Lire et commenter