Royaume-Uni : une députée rappelée à l'ordre pour avoir siégé au Parlement avec son bébé de 3 mois

La député travailliste Stella Creasy  British discout avec son nouveau-né en écharpe à la Chambre des Communes le 23 septembre 2021.

DÉBAT - En session au Parlement britannique avec son bébé de 3 mois, une députée travailliste s'est vue rappeler à l'ordre. Mais face aux critiques, l'institution a indiqué ce mercredi qu'elle souhaitait revoir les règles.

Son bébé, Pip, était sagement endormi pour participer aux débats, mais cela n'a pas plus à tout le monde. Venue au Parlement avec son bébé de trois mois mardi, la députée britannique Stella Creasy a été rappelée à l'ordre par un mail officiel qui lui a été directement envoyé. 

Au Royaume-Uni, il est officiellement interdit d'emmener son enfant à la Chambre des Communes. Face aux critiques, l'institution a finalement promis ce mercredi de revoir ses règles imposées aux élus devenant parents.

Pas de véritable congé maternité pour les parlementaires

Jugeant "extrêmement important" que les jeunes parents puissent participer pleinement au travail parlementaire, le président de la Chambre des Communes Lindsay Hoyle a affirmé que "les règles doivent être considérées dans leur contexte" et qu'elles "changent avec le temps". Il a annoncé qu'une commission examinerait la question pour que "la Chambre puisse finalement se prononcer". Au micro de Times Radio, Stella Creasy s'est "réjouie" des changements promis.

Si elle a reçu de nombreux soutiens, il existe cependant des "points de vue divergents" sur la question, comme l'a souligné le président de la Chambre. "Les parents qui sont payés une fraction de ce que vous gagnez paient pour la garde des enfants et jonglent avec les responsabilités pour pouvoir aller travailler. Qu'est-ce qui vous rend si spéciaux ?" a demandé sur Twitter le conservateur Scott Benton.

"Nous n'avons pas de congé maternité pour pouvoir jongler, je suis donc obligée d'emmener mon bébé avec moi", lui répond la députée. Les parlementaires ne disposent en effet pas d'un véritable congé maternité, puisqu'elles n'ont pas le droit  - contrairement aux ministres depuis février - à ce que quelqu'un les remplace pendant leur congé de six mois. Si je ne venais pas avec mon bébé, "les habitants de (ma circonscription) seraient privés de toute représentation si je cessais le travail", a-t-elle affirmé dans le Guardian, estimant qu'un "bébé de trois mois est trop jeune pour qu'on le laisse seul".

L'exemple des autres pays

L'année dernière, le président de la Chambre des Communes avait autorisé la députée Alex Davies-Jones à venir avec son bébé. Stella Creasy elle-même, qui milite depuis longtemps pour une meilleure inclusion des mères en politique, était déjà venue accompagnée de son fils ou précédemment de sa fille. Elle était ainsi apparue à la Chambre des Communes fin septembre avec son nouveau-né pour réclamer que les mères soient soutenues plutôt que "réprimandées" lors de leur retour au Parlement.

Lire aussi

"D'autres pays montrent qu'il ne doit pas en être ainsi", souligne Stella Creasy sur le réseau social en invitant ceux qui le souhaitent à rejoindre le projet This mum votes "pour que la politique et la parentalité puissent se mélanger" et aider de jeunes mères à se présenter aux élections. En 2018, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern était devenue un symbole des mères qui travaillent en amenant son bébé Neve à l'Assemblée générale de l'ONU à New York. En 2016, une députée avait également donné le sein à sa fille en pleine session parlementaire en Islande. Si la scène avait interpellé en dehors des frontières, faisant le tour des médias internationaux, elle a été accueillie sans surprise dans le pays.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

EN DIRECT - Covid-19 : le plan blanc déclenché dans la région PACA

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.