Royaume-Uni : des ministres de May et des membres du Labour discutent (discrètement) d'un brexit "doux"

DirectLCI
DÉBAT - C'est une conséquence de sa déroute aux élections législatives. Selon "The Telegraph", des ministres et des membres du Labour se concertent actuellement pour pousser la Première ministre Theresa May à s’orienter vers un brexit "doux".

Ces partisans d’une sortie "douce" de l’Europe pourraient arriver à leurs fins. D’autant plus depuis le revers du parti de la Première ministre aux législatives. Selon le quotidien The Telegraph, des ministres du gouvernement conservateur britannique de Theresa May et des membres du Labour, tenants d'un Brexit "doux", discutent en secret pour s’orienter vers cette solution.


Des discussions qui visent notamment à forcer Mme May à faire des concessions sur l'immigration, l'union douanière et le marché unique. Elles impliqueraient certains des membres les plus importants du cabinet de la Première ministre, qui vient d'essuyer un revers aux élections législatives. Un scrutin où son parti a perdu sa majorité absolue à la Chambre des Communes.


Toujours selon The Telegraph, Theresa May est au courant de de l'existence de ces négociations. Elle n'aurait toutefois rien fait jusqu'à présent pour y mettre un terme.  "May a perdu son autorité concernant le Brexit et tout le reste. Toutes les  options sont à nouveau sur la table", juge Stephen Barber, un expert de la  London South Bank University, cité par l'AFP.

En vidéo

Législatives au Royaume-Uni: le Brexit relégué par les questions de terrorisme?

Les partisans d'un brexit dur n'ont pas dit leur dernier mot

Pour mémoire, la Première ministre britannique est partisane d'un Brexit "dur" synonyme de sortie du marché unique, réduction de l'immigration provenant de l'Union européenne et départ de la Cour de justice européenne. Mme May se réserve aussi la possibilité de quitter l'UE "sans accord plutôt qu'avec un mauvais accord". Tout le contraire des partisans d'un Brexit "doux" qui souhaitent une sortie avec accord ainsi que le maintien d'un  accès au marché unique.


A noter que l'entrée au ministère de l’Environnement de Michael Gove, l'un des  principaux artisans de la campagne du Brexit, plaide en faveur du maintien de la ligne "dure". Selon Stephen Barber, un expert de la London South Bank University, son  retour permettra à Theresa May de "montrer à l'aile droite (du parti) qu'elle  est toujours déterminée à mener à bien le Brexit", tout en calmant les ardeurs  de ce concurrent potentiel, qui brigue la fonction de Premier ministre. 


Lundi, le ministre chargé du Brexit, David Davis a rejeté l'idée selon laquelle la contre-performance des conservateurs aux législatives de jeudi  pourrait contraindre le gouvernement à changer son fusil d'épaule. Sortir de l'Europe, a-t-il expliqué, "nous entraîne en dehors du marché  unique, que cela nous plaise ou nous".

Plus d'articles

Sur le même sujet