Russie : accusé de diffamation, Navalny demande à la juge "d'aller prendre des cours" de droit

Russie : accusé de diffamation, Navalny demande à la juge "d'aller prendre des cours" de droit

JUSTICE - L'opposant russe Alexeï Navalny était de nouveau au tribunal vendredi. Il est accusé d'avoir diffusé des informations "mensongères" et "injurieuses" au sujet d'un ancien combattant.

La justice russe n'en a pas fini avec Alexeï Navalny. Dix jours après une condamnation à trois ans de prison pour avoir violé son contrôle judiciaire, l'opposant acharné au pouvoir de Vladimir Poutine s'est présenté ce vendredi devant la juge Vera Akimova pour une affaire de diffamation envers Ignat Artiomenko. Tout sauf un inconnu en Russie.

Cet homme de 94 ans est en effet un vétéran de la Seconde guerre mondiale. Entré dans la résistance à 14 ans, il est envoyé au front trois ans plus tard. Il sera grièvement blessé en traversant la rivière Oder en Pologne, en avril 1945. Après le conflit, il devient diplômé de l'école des officiers et servira dans l'armée de l'air durant quarante ans, jusqu'à sa retraite en 1982. Depuis, le vétéran est souvent mis en avant par le pouvoir. Notamment l'été dernier dans un clip de campagne où il défend le référendum ayant renforcé les pouvoirs de Poutine. Un clip qui n'a pas plu du tout à Alexeï Navalny…

Toute l'info sur

Navalny-Poutine : le conflit sans fin

"S'il lui arrive quelque chose, vous serez coupables"

L'opposant est en effet accusé d'avoir diffusé des informations "mensongères" et "injurieuses" à l'égard d'Ignat Artiomenko. Il avait en effet qualifié les intervenants dans cette vidéo, dont le vétéran, de "honte de la Nation" et de "traîtres". Des propos sur lesquels il a eu l'occasion de s'expliquer lors de l'ouverture du procès, le 5 février. Il a accusé les proches et les autorités de manipuler Ignat Artiomenko et de mettre sa vie en danger dans le but d'infliger un procès politique à l'opposant. 

"Il ne vivra pas jusqu'à la fin du procès ! S'il lui arrive quelque chose, vous serez coupables !", lance-t-il. Avant d'ajouter : "Vous brûlerez en enfer pour avoir organisé cette mascarade". 

Lire aussi

Une semaine plus tard, Nalvany ne semble pas s'être assagi. La défense a en effet demandé à la juge de se récuser. L'opposant a d'ailleurs lancé, depuis la cage de verre réservée aux prévenus, à la présidente Vera Alimova "d'aller prendre des cours" de droit. Il avait déjà multiplié la semaine dernière les échanges envenimés avec le ministère public et la juge, dénonçant leur partialité et leur soumission au pouvoir. Un pouvoir qui a d'ores et déjà annoncé la couleur : Alexeï Navalny risque au moins une lourde amende voire une peine de prison ferme dans cette nouvelle affaire. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter