Russie : interdit de candidature à la présidentielle, le blogueur d'opposition Alexeï Navalny appelle au boycott

Russie : interdit de candidature à la présidentielle, le blogueur d'opposition Alexeï Navalny appelle au boycott

International
DirectLCI
REFUS - La Commission électorale russe a rejeté lundi la candidature à la présidentielle 2018 du blogueur anticorruption et nationaliste Alexeï Navalny, principal opposant à Vladimir Poutine. L'intéressé a appelé au boycott de l'élection.

La présidentielle russe de mars 2018 devrait se jouer sans l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine.  Alexeï Navalny, juriste, blogueur anticorruption et nationaliste, a vu sa candidature rejetée par la commission électorale russe, lundi. Dans la foulée, il a appelé au boycott de l'élection.


"Nous annonçons une grève du vote. Nous appellerons tout le monde à boycotter ces élections. Nous ne reconnaissons pas les résultats de ces élections", a déclaré M. Navalny, après l'annonce de la commission électorale. Celle-ci, dans sa décision votée à l'unanimité, a invoqué la condamnation judiciaire pour une affaire qu'il a de nouveau dénoncée comme "fabriquée" pour l'empêcher d'affronter Vladimir Poutine, candidat à sa propre succession à la présidence.


La veille, le blogueur de 41 ans avait annoncé sa candidature, après qu'environ 15.000 de ses partisans ont manifesté dans une vingtaine de villes du pays. Pour se porter candidat,  il devait être soutenu dans une ville par un groupe d’au moins 500 électeurs pour pouvoir demander à la Commission électorale centrale de l’inscrire sur la liste officielle. L'adversaire déclaré de Vladimir Poutine, âgé de 41 ans, a obtenu le ralliement de 742 personnes. 

En vidéo

VIDÉO - L'opposant Navalny annonce sa candidature

Il conteste sa condamnation à 5 ans de prison avec sursis

En octobre, Alexeï Navalny avait été déclaré inéligible jusqu’en 2028 par la Commission électorale à cause d’une condamnation à 5 ans de prison avec sursis pour détournement de fonds, une affaire qu’il juge montée de toutes pièces. Il accuse le Kremlin de torpiller sa candidature, la commission centrale des élections l'ayant déjà déclaré l'été dernier inéligible pour la même raison que celle invoquée lundi.


Alexeï Navalny a été interpellé et détenu à trois reprises cette année pour avoir organisé des rassemblements politiques non autorisés. "Il est évident que ces affaires ont été fabriquées pour ne pas me laisser me présenter", a dénoncé M. Navalny lors des débats publics précédant la décision, s'appuyant sur une décision de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

En vidéo

VIDÉO - Poutine sur Navalny : "Vous voulez que des gens comme lui déstabilisent le pays et tentent un coup d'État comme en Ukraine ?"

Avec ou sans Alexeï Navalny, Vladimir Poutine fait office d'ultra-favori pour l'élection présidentielle, avec un taux d'approbation de plus de 80%. Le président russe a prôné samedi le "respect" de l'opposition "responsable", à moins de trois mois du scrutin où il va briguer son quatrième mandat. Il devrait trouver face à lui le dirigeant du parti d'extrême droite LDPR Vladimir Jirinovski, le candidat du PC russe Pavel Groudinine, désigné samedi, ou encore la candidate libérale et star de la télévision Ksenia Sobtchak.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter