Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

DIPLOMATIE - Dans un contexte de fortes tensions entre les Occidentaux et la Russie depuis plusieurs années, ce pays a annoncé suspendre sa mission de représentation auprès de l'Otan tout comme celle de l'Alliance à Moscou.

"À la suite de certaines mesures prises par l'Otan, les conditions de base pour un travail en commun ne sont plus là", a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov lundi. 

La Russie a donc annoncé suspendre indéfiniment sa mission à Bruxelles auprès de l'alliance militaire occidentale. Le pays met également fin à la mission de l'Otan abritée jusque-là par l'ambassade de Belgique à Moscou. Cette dernière avait pour rôle d'assurer la liaison entre l'Alliance à Bruxelles et le ministère russe de la Défense.

Un contexte de fortes tensions entre la Russie et les Occidentaux

Le ministre a assuré que l'Otan n'était "pas intéressée par un dialogue et un travail d'égal à égal". "Nous ne voyons pas la nécessité de prétendre qu'un quelconque changement est possible dans un avenir prévisible", a-t-il dit. En cas "d'urgence", l'Alliance pourra à l'avenir contacter l'ambassadeur russe en Belgique, a affirmé Sergueï Lavrov. Ces décisions devraient a priori prendre effet le 1er novembre. 

Début octobre, l'Otan avait annoncé retirer leur accréditation à huit membres de la mission russe à Bruxelles accusés d'être des "agents de renseignement russes non déclarés". Par ailleurs, la Russie s'est rendue coupable d'"activités malveillantes" croissantes en Europe, selon le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

La Russie avait pris acte en estimant que l'alliance politico-militaire fondée en 1949 par les adversaires de l'Union soviétique avait démontré son refus de normaliser les relations.

Lire aussi

Cette décision intervient dans un contexte de fortes tensions qui opposent la Russie et les Occidentaux notamment depuis l'annexion de la Crimée par la Russie et les sanctions qui ont ensuite suivi de la part de l'Otan. Les Occidentaux ont ensuite successivement accusé la Russie d'ingérence électorale, de cyberattaque et d'espionnage. 

En juin dernier, lors de son sommet annuel à Bruxelles, les dirigeants de l'Otan s'étaient d'ailleurs déclarés "préoccupés", notamment par "la menace grandissante" représentée par le renforcement militaire de la Russie. Ils avaient alors signifié leurs "lignes rouges" au président Vladimir Poutine.

La Russie reproche pour sa part à l'Alliance atlantique son ambition de s'étendre à ses frontières en intégrant en son sein l'Ukraine et la Géorgie, des ex-républiques soviétiques qu'elle considère comme faisant encore partie de sa sphère d'influence. Le secrétaire d'État à la défense américaine se rendra notamment dans ces deux pays et en Roumanie dans les prochains jours avant de se rendre à Bruxelles pour une réunion des ministres de la Défense de l'Otan.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.