Russie : 1.300 arrestations après les manifestations en réaction à la condamnation de Nalvany

Navalny condamné à près de trois ans de prison

MANIFESTATIONS - Plus de 1.300 personnes ont été interpellées lors de rassemblements mardi 2 février en Russie en faveur de l'opposant Alexeï Navalny, condamné dans la journée à près de trois ans de prison, a indiqué l'ONG OVD-Info.

"Poutine voleur !" À Moscou, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées ce mardi soir en soutien à Alexeï Navalny, condamné à près de trois ans de prison pour violation de son contrôle judiciaire dans le cadre d'une affaire qui l'opposait, en 2014, à la filiale russe d'Yves Rocher. Dans la foulée, le Fonds de lutte contre la corruption, l'organisation de l'opposant à Vladimir Poutine, avait appelé à une manifestation immédiate place du Manège, à proximité du Kremlin.

Toute l'info sur

Navalny-Poutine : le conflit sans fin

Dans la nuit, des policiers casqués et des fourgons cellulaires ont été déployés dans la capitale, tandis que plusieurs dizaines de personnes étaient battues à coups de matraques. Selon les images publiées dans la soirée par des médias russes, certains protestataires étaient poursuivis par les forces de l'ordre dans le métro, ou sortis de force d'un taxi. D'autres signalent des violences contre les journalistes. 

Dans la soirée, l'ONG russe OVD-Info, spécialisée dans le suivi des protestations, dénombrait au moins 1.377 interpellations dans dix villes à travers le pays. La majorité avait eu lieu à Moscou (1.116) ou à Saint-Pétersbourg (246). Une répression à laquelle la chancelière allemande, Angela Merkel, a appelé à mettre fin, de concert avec les vives réactions internationales réclamant la libération d'Alexeï Navalny. 

Lire aussi

Cette condamnation représente la première sentence longue pour l'opposant au président russe, qu'il accuse notamment d'avoir ordonné son empoisonnement en août dernier. À l'audience, l'homme de 44 ans avait dénoncé une affaire destinée à "faire peur à des millions" de ses compatriotes. 

"Vous ne pourrez pas emprisonner tout le pays !", a-t-il déclaré. Une référence aux milliers d'arrestations opérées les 23 et 31 janvier, dates où se sont mobilisés des dizaines de milliers de personnes dans une centaine de villes russes. Il s'agissait alors de rassemblements d'opposition inédits dans leur ampleur depuis plusieurs années. 

Sur le même sujet

Lire et commenter